Notre système immunitaire : présentation

Notre corps possède des mécanismes de défense contre toutes infections. Il peut être intéressant de savoir comment fonctionne ce système immunitaire, ce qu’il existe comme mesures de protection. Lors d’un prochain article, nous verrons ce qu’il est possible de mettre en place de façon simple et naturelle pour optimiser son fonctionnement.

De la contamination à l’infection

Pour qu’une maladie se déclare, le virus ou la bactérie devra effectuer un véritable parcours du combattant et franchir les différents obstacles. En voici le déroulé.

Les barrières naturelles

Elles sont de deux types. D’une part nous avons les barrières physiques dont la simple présence bloque l’entrée des micro-organismes (la peau, les muqueuses, les cils des voies respiratoires supérieures, les cils des yeux et les poils du nez), et d’autre part les barrières chimiques qui sont des sécrétions produites par la peau ou les muqueuses contenant des molécules chimiques qui ont une action destructrice contre les molécules pathogènes ou qui limitent leur développement (la sueur, le suc gastrique, les larmes, la salive, les sécrétions vaginales, …)

La contamination et les voies de pénétration

En cas de lésion des barrières physiques, les micro-organismes peuvent pénétrer dans le milieu intérieur. Voici les différentes possibilités sur le schéma ci-dessous :

La colonisation

C’est l’étape qui suit. Quand les micro-organismes sont en grand nombre dans notre corps, ils vont se multiplier. Ensuite ils peuvent rester sur place ou utiliser les liquides corporels pour se disperser. Les conditions favorables de leur développement sont les suivantes :

  • une température du corps à 37°C
  • une forte humidité (dans la lymphe ou le sang)
  • une source de nutriments

À ce stade, les mécanismes de défense se mobilisent à la détection du micro-organisme chez l’individu sain.

L’infection

Elle est mise en évidence par une forte présence de micro-organismes pathogènes et à des manifestations cliniques et/ou biologiques. L’infection peut ne pas se produire et on en reste à l’étape de la colonisation.

Si l’infection est virale, le virus va utiliser une cellule-cible pour se multiplier.

L’aggravation de l’infection peut conduire à :

  • une septicémie : les micro-organismes vont envahir tout l’organisme.
  • une toxémie : les micro-organismes se multiplient et produisent des toxines qui se dispersent dans tout le corps par le sang.

Quelques termes à connaître :
– une épidémie est le développement et la propagation rapide d’une maladie contagieuse, le plus souvent d’origine infectieuse, dans une population, pendant une période donnée et un lieu donné (exemple : la grippe en hiver)
– une endémie est une maladie infectieuse qui persiste au sein d’une région ou d’une population (exemple : paludisme dans certaines régions intertropicales)
– une pandémie caractérise une épidémie étendue à toute la population d’un continent, voire au monde entier (exemple : SIDA)

Des moyens de défense

Plusieurs moyens s’offrent à nous.

L’asepsie

C’est un ensemble de méthodes qui consiste à empêcher la contamination par des micro-organismes d’un milieu. Les techniques sont variés et nombreuses. En voici quelques exemples :

  • la filtration de l’air et son renouvellement ;
  • le lavage des murs et des sols par des produits chimiques comme l’eau de javel ;
  • la stérilisation du matériel tel qu’il peut être fait au bloc opératoire ;
  • l’utilisation d’une tenue adéquate telle qu’on en trouve au bloc opératoire aussi (blouses, gants, masque, …) ;
  • les règles d’hygiène et comportementales telles que le lavage des mains par exemple.

L’antisepsie

C’est un ensemble de méthodes qui consiste à éviter l’infection lorsqu’on est contaminé.

Son principe est donc de détruire les microbes dans le milieu intérieur sans trop abîmer les cellules de l’organisme.

Les antiseptiques sont des produits ou procédés permettant la destruction momentanée des micro-organismes présents sur les tissus vivants. (Exemple : Dakin, Biseptine, …)

La désinfection

C’est une opération au résultat momentané permettant d’éliminer ou d’inactiver les microbes portés par des milieux inertes contaminés (surfaces, outils, …)

Pour cela, on a recours à des substances chimiques et désinfectantes telles que l’eau de javel ou les alcools par exemple.

Il est à noter que toute désinfection n’est efficace qu’après une décontamination.

Les antibiotiques

Ce sont des substances chimiques qui empêchent la prolifération dans l’organisme des bactéries uniquement.

Ils sont nombreux car chacun agit sur des familles de bactéries spécifiques et permettent ainsi de contrer l’infection.

Les préservatifs

Ils empêchent tout contact avec les muqueuses ainsi que tout transfert de micro-organismes (virus, bactérie ou champignon).

Les défenses immunitaires

Quand notre corps est agressé par des micro-organismes, il produit un grand nombre de cellules pour se défendre.

Les leucocytes – nos agents de protection

Il en existe une grande variété (lymphocyte B, lymphocyte T et macrophage en sont des exemples) et certains sont spécifiques à des organes. Ces sentinelles du corps ont pour objectif de détecter tout élément étranger dans notre corps grâce à leurs antigènes.

Quelques exemples de leucocytes
Quelques exemples de leucocytes

La réponse immunitaire non spécifique – la plus rapide

Une fois les barrières naturelles traversées, les micro-organismes rencontrent les conditions de vie qui permettent leur développement et leur multiplication. Cela déclenche une réponse immunitaire non spécifique qui se caractérise par :

  1. Un réaction inflammatoire qui est vasculaire
  2. La phagocytose qui est une réaction cellulaire.

La réaction inflammatoire

Les leucocytes sur le lieu de l’infection produisent des médiateurs chimiques afin de donner l’alerte et obtenir du renfort. Ainsi les vaisseaux sanguins se dilatent à cet endroit pour faciliter la circulation sanguine (la zone devient rouge et chaude) et on assiste à un afflux de globules blanc sur le lieu de l’infection.

Ainsi l’inflammation va se caractériser par quatre signes : la rougeur, la douleur, la chaleur et l’oedème.

La phagocytose

Des leucocyte spécifiques, les phagocytes, arrivent massivement par voie sanguine notamment et s’attaquent à tout élément étranger sans distinction. Sa méthode consiste à encercler l’intrus et ensuite à le digérer. Quelque soit le gagnant de ce conflit, il en résulte une certaine quantité de déchets organiques qui formeront le pus.

Les principaux organes de notre système immunitaire
Les principaux organes de notre système immunitaire

La réaction spécifique – lente mais ciblée

Dans le cadre d’une rencontre avec un micro-organisme connu de notre corps, un ensemble de mécanismes de défense spécifiques se mettent en place.

Les lymphocytes T4 au centre du dispositif

Ces leucocytes sont en quelque sorte les chefs d’orchestre de la réponse immunitaire. Ils sont spécialisés pour un micro-organisme particulier contrairement aux macrophages et leur rôle va être de détecter l’intrus pour ensuite commander une réponse immunitaire sur mesure. Ainsi il va faire appel à d’autres lymphocytes qui vont se multiplier dans les ganglions lymphatiques puis se déverser dans la circulation sanguine et lymphatique pour contrer les corps étrangers. Deux types de lymphocytes peuvent répondre à l’appel :

  • Les lymphocytes B qui se transformeront en plasmocytes et produiront les anticorps spécifiques à cet antigène ;
  • Les lymphocytes T « tueurs » ou cytotoxiques qui vont détruire les cellules infectées par « contact » (« baiser de la mort »).

Les anticorps

Le produit des plasmocytes ne reconnaît qu’un antigène. On parle donc de reconnaissance spécifique. Ces anticorps vont immobiliser et neutraliser les micro-organismes ciblés ce qui va favoriser la phagocytose par l’arrivée des phagocytes.

La séropositivité : un individu est séropositif pour un antigène lorsqu’on décèle la présence de l’anticorps spécifique dans son sang.

La mémoire immunitaire

Le premier contact avec un antigène permet la production d’une quantité d’anticorps. Il s’agit de la réponse primaire.

Si un second contact avec ce même antigène se produit, la production d’anticorps va se faire en plus grande quantité, dans un temps plus court et sur une plus longue durée. On parle alors de réponse secondaire.

Le deuxième mécanisme s’explique par la mémorisation de notre organisme de la première attaque via les Lymphocytes B et T mémoires. Ainsi fonctionne la mémoire immunitaire.

La vaccination va consister à injecter une version atténuée du micro-organisme afin d’activer une réponse primaire permettant ainsi de mettre en fonction la mémoire immunitaire.

En cas d’infection avérée demandant une action rapide, une sérothérapie peut être envisagée. Il s’agit d’injecter directement des anticorps pour une action immédiate mais temporaire.

Infiniment petit et indispensable

Les micro-organismes ne sont pas nos ennemis, contrairement à ce que l’on peut penser, et seulement quelque uns sont pathogènes. D’ailleurs, s’il n’y avait plus de micro-organismes, notre vie se retrouverai vite écourtée car ces petites cellules participent grandement au renouvellement du cycle de la vie en remettant l’azote organique en circulation. Les micro-organismes participent à la digestion, à l’assimilation de certains nutriments, à la protection contre d’autres micro-organismes pathogènes, … bref notre vie dépend des micro-organismes.

Par ailleurs, il est à noter qu’il faut un nombre colossal de micro-organismes pathogènes qui, de surcroit, est passé à travers toutes nos défenses corporelles, pour avoir la possibilité de nous infecter.

De simple mesure d’hygiène corporelles telles que le lavage de mains régulier peuvent résoudre un grand nombre de problèmes s’il est fait avec discernement car l’irritation de la peau peut aussi porter atteinte à notre intégrité corporelle et peut avoir un effet contre-productif en terme de défenses contre les agressions microbiennes ou virales venant de l’extérieur.

📚

« La modération est le fil de soie qui relie toutes les perles de la vertu. », Joseph Hall

Un commentaire sur “Notre système immunitaire : présentation

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s