À la découverte des techniques énergétiques et vibratoires

La maladie, des douleurs, un mal-être, … peuvent être réglés en respectant au maximum les bases d’une hygiène de vie qui se construit autour de la diététique, du sport et d’activités permettant de réduire le stress.

Quand ces mesures ne sont pas suffisantes, il est possible de faire appel à des méthodes complémentaires qui ont leur efficacité dans ces situations.

Je vous propose, à travers cet article, de les visiter.

Le drainage lymphatique

Histoire et généralité

Le système lymphatique est découvert par le danois Bartholin en 1665. En 1883, le français Sappey reprend les travaux de Bartholin et fait un atlas du réseau lymphatique. En 1912, Alexis Carrel, Prix Nobel de physique-chimie, fait une expérience sur un coeur de poulet et découvre que ses cellules peuvent vivre éternellement si on en renouvelle la lymphe. En 1932, le danois Vodder applique les expériences de Carrel et met au point des manoeuvres manuelles précises pour améliorer la circulation de la lymphe.

Le système lymphatique participe donc à la régénération et à l’irrigation des tissus. Il les nettoie, les nourrit et participe à une bonne circulation de retour du sang. Le drainage lymphatique est donc une méthode de massage destinée à améliorer les fonctions essentielles du système circulatoire lymphatique par des manoeuvres précises.

En pratique

Le drainage lymphatique va avoir différentes fonctions :

  • il va participer à l’amélioration de la circulation de retour du sang.
  • il va régénérer les tissus.
  • il a un effet immunologique.

Il est indiqué en cas d’oedèmes (généralisés ou localisés), de mauvaise circulation dans les jambes, de fatigue générale, d’amincissement, de stases veineuses, en prévention de maladies infectieuses, dans le cadre d’une remise en forme, régénération et éclat de la peau.

Le drainage se fera par l’utilisation de techniques de massage manuelles délicates suivant un ordre précis, commençant par le ventre, puis les membres, le dos et pour finir par le visage et le cou.

Contre-indications :
– Cancers
– Infectons virulentes
– Ganglions gonflés et douloureux

La gemmothérapie

bourgeons

Aussi appelée embryothérapie, cette discipline utilise les propriétés curatrices des bourgeons et autres tissus végétaux en voie de croissance. Riches en biostimulines tissulaires, les bourgeons exercent un pouvoir de régénération des cellules lésées d’un organisme malade, affaibli ou convalescent. La gemmothérapie peut être utilisée seule ou associée à d’autres thérapies douces.

Il s’agit d’une solution dont la fabrication consiste à macérer des bourgeons, de jeunes pousses, des pétioles de feuilles fraîchement cueillis dans de la glycérine alcoolisée. Après filtration, on dilue au 1/10e dans un mélange eau-alcool-glycérine et on obtient ainsi le macérât glycériné première décimale Hahnemannienne. Cette dilution est prescrite par un thérapeute et vendue en pharmacie. La prescription peut se faire en fonction du terrain du malade ou en fonction de sa clinique.

Communément, la prescription comporte une prise 20 à 50 gouttes diluées dans un peu d’eau, à prendre 15-20 minutes avant les repas, 3 fois par jour, pendant 2 mois.

Voici les différents macérâts avec leur composition et leurs indications :

Abies pectinata : sapin bourgeons : rachitisme, déminéralisation, décalcification, pyorrhée alvéolaire, carie dentaire, consolidation de fracture.
Acer campestre : érable bourgeons : séquelle de poliomyélite, de paralysie, zona.
Aesculus hippocastanum : marronier d’Inde bourgeons : troubles de la circulation veineuse de retour, hémorroïdes.
Alnus glutinosa : aulne bourgeons : rhinite chronique, anémie cérébrale, séquelles d’hémorragie cérébrale, ramollissement cérébral.
Alnus incana : aulne des montagnes bourgeons : artérite.
Ampelopsis weitchii : vigne vierge jeunes pousses : rhumatismes chroniques, polyarthrite chronique évolutive.
Betula pubescens : bouleau bourgeons, châtons, écorces déracinées, radicelle : draineur général, arthrose.
Betula verrucosa : bouleau bourgeons, semences : asthénie physique et intellectuelle, surmenage intellectuel, renforce le système immunitaire.
Carpinus betulus : charme bourgeons : rhino-pharyngite spasmodique et chronique, toux quinteuse, trachéite et bronchite.
Castanea vesca : chataignier bourgeons : congestion veineuse.
Cedrus Libani : cèdre du Liban jeunes pousses : eczéma sec, prurit, ichtyose.
Cercis silicastrum : arbre de jurée bourgeons : arthrite juvénile (maladie de Burger).
Citrus limonum : citronnier écorce de tige : thrombose, anticoagulant.
Cornus sanguinea : cornouiller sanguin bourgeons : anticoagulant (si augmentation du taux de prothrombine).
Corylus avelana : noisetier bourgeons : emphysème et sclérose pulmonaire, dyspnée emphysémateuse, renforce le foie.
Crataegus oxyacantha : aubépine jeunes pousses : tachycardie, séquelles d’infarctus, algie précordiale, insuffisance cardiaque.
Fagus sylvatica : hêtre bourgeons : insuffisance rénale, lithiase rénale, obésité par rétention d’eau.
Ficus carica : figuier bourgeons : ulcères des voies digestives, anxiété, obsession.
Fraxinus excelsior : frêne bourgeons : goutte aiguë et chronique, uricémie.
Juglans regia : noyer bourgeons : ulcères variqueux, eczéma infecté, impétigo, dermatoses infectées, cataracte sénile, emphysème infecté.
Juniperus communis : genévrier jeunes pousses : cirrhose, insuffisance hépatique.
Olea europaea : olivier jeunes pousses : hypertension artérielle, athérosclérose, hypercholestérolémie.
Pinus montana : pin bourgeons : arthrose, coxarthrose, gonarthrose, rhumatisme chronique.
Platanus orientalis : platane bourgeons : urticaire pigmentaire.
Populus nigra : peuplier bourgeons : artérite du membre inférieur.
Prunus amygdalus : amandier bourgeons, écorce de racine : hypertension artérielle, sclérose vasculaire, anticoagulant (écorce, si augmentation du taux de fibrinogène sanguin).
Quercus pedonculata : chêne bourgeons, écorce de racine, gland, radicelle : draineur général, recalcifiant, renforce le système immunitaire.
Ribes nigrum : cassis bourgeons : allergie, coryza allergique, migraine, oedème de Quincke, urticaire, tonifie les corticosurrénales.
Rosa canina : églantier jeunes pousses : migraine, céphalée.
Rosmarinus officinalis : romarin jeunes pousses : insuffisance hépatique, vésicule biliaire.
Rubus fructicosus : ronce jeunes pousses : artérite.
Rubus idaeus : framboisier jeunes pousses : troubles menstruels, dysménorrhée, vaginite, algies pelviennes.
Secale cereale : seigle radicelle : ictères infectieux, insuffisance hépatique.
Sequoia gigantea : séquoia jeunes pousses : fibrome, sénescence.
Sorbus domestica : sorbier bourgeons : circulation veineuse jambes lourdes, varices, phlébite.
Syringa vulgaris : lilas bourgeons : angine de poitrine, coronarite, tonifie le coeur et facilite la circulation.
Tamarix Galica : tamaris jeunes pousses : anémie, hypercholestérolémie.
Tilia tomentosa : tilleul bourgeons : névralgie, insomnie, sédatif nerveux.
Ulmus campestris : orme bourgeons : acné, impétigo, eczéma suintant.
Vaccinium vitis idaea : vigne du Mont Ida jeunes pousses : colibacillose intestinale, syndromes intestinaux.
Viburnum lantana : viorne bourgeons : asthme, dyspnée asthmatiforme.
Viscum album : gui jeunes pousses : bourdonnement d’oreille, troubles de la ménopause.
Vitis vinifera : vigne bourgeons : rhumatismes déformants et douloureux, arthrite des petites articulations papillomes.
Zea mais : maïs radicelles : artérite, gangrène des extrémités, séquelles d’infarctus du myocarde, transaminases élevées.

La lithothérapie déchélatrice

Lithothérapie vient du grec Lithos qui veut dire « pierre ». C’est un soin à partir d’une solution de minéraux dilués et dynamisés selon la méthode Hahnemannienne qui vise à rétablir un organisme perturbé par des carences artificielles.

De nombreux polluants, une mauvaise alimentation, une médication excessive, … peuvent perturber les différentes réactions métaboliques non voulu en temps normal par l’organisme. Ainsi, il peut y avoir des carences alors que l’élément pouvant y pallier est présent dans notre corps, mais sous une forme qui ne peut être exploitée par ce dernier. La lithothérapie déchélatrice a pour fonction de « démonter » les formes inexploitables par l’organisme pour que le métabolisme revienne à un fonctionnement normal. Un exemple type est le constat d’ostéoporose alors que l’apport de calcium est optimal.

Ces minéraux se présentent en ampoule de 1 ml, en 8e décimale, et doivent être prises à raison d’une ampoule un jour sur deux à jeun. Si deux minéraux sont prescrits ensembles, on alternera les prises.

Voici une liste de minéraux disponibles et leurs indications :

Blende : diabète et pré diabète, ulcères variqueux, varices.
Bornite : anti-infectieux, anti-inflammatoire.
Calcaire de Versailles : ostéoporose sénile, décalcification.
Chalcopyrite : états inflammatoires, rhumatismes inflammatoires, parodontoses.
Conglomérat : eczéma sec et suintant, dermatoses diverses.
Diopside : tétanie, reminéralisant pour l’enfant et l’adolescent.
Feldspath quadratique : arthrose généralisée, arthrites.
Galène : états pré diabétiques.
Garniérite : allergies de toute nature, colites.
Glauconie : asthénie, déséquilibre neuro-végétatif, tétanies, insomnies, spasmophilie.
Grès rose : constipation, colites atoniques, hématites, anémies rouges, petites hypotensions.
Jaspe vert : dyskinésies biliaires.
Lazulite : insuffisance hépatique, douleurs crampoïdes des membres inférieurs.
Lépidolite : états dépressifs.
Marbre saccaroïde : gastrite, ulcère gastrique, ulcère gastroduodénal.
Monazite : leucopénies, verrues.
Obsidienne : arthrose cervicale.
Or natif : anti-inflammatoire, augmentation de la résistance du terrain.
Orpiment : coxarthrose.
Pyrite de fer : colibacilloses à répétition.
Rhodonite : insomnies.
Stibine : bronchorrhées chroniques, dilatation des bronches, emphysèmes.
Tourmaline lithique : action tranquillisante dans les états dépressifs.
Trachyte : toux quinteuse et coquelucheuse.
Excite : aphtes, rhino-pharyngite à répétition.
Uraninite : anti parasitaire.

Les techniques dérivatives

les ventouses

Ce sont des procédés dont le but est de faire sortir les toxines par la peau qui possède un grand pouvoir d’élimination (chaleur, sueur, eau, gaz).

Plusieurs techniques peuvent êtres envisagées :

  • les cataplasmes synapses à la farine de moutarde qui exercent un effet révulsif ;
  • les ventouses qui aspirent les toxines des endroits sur lesquels elles sont placées, en général sur le dos ;
  • les onctions rubéfiantes qui se réalisent avec des huiles essentielles (par exemple la térébenthine que l’on étend sur la zone souffrante). Elles ont pour vertu d’échauffer et de faire rougir la peau par augmentation du flux sanguin et enfin de faire sortir les toxines ;
  • les cataplasmes de feuilles de chou et d’argile : il attirent les éléments négatifs des endroits sur lesquels ils sont appliqués ;
  • les compresses chaudes, les bains chauds, le sauna : ici, la chaleur accentue la transpiration de l’organisme et donc l’élimination ;
  • le Baunscheidtisme qui consiste à réaliser des micro-piqûres sur la peau et à appliquer ensuite une onction révulsive.

La spondylothérapie

colonne vertébrale

Appelée aussi réflexothérapie vertébrale, cette méthode consiste à percuter légèrement de façon rythmée les apophyses épineuses des vertèbres (à l’aide d’un marteau réflexe ou avec l’extrémité du majeur) ou de presser les apophyses transverses des vertèbres.

Chaque vertèbre étant en relation avec certains organes, le but est d’agir à distance sur l’organe visé.

La rhinothérapie

Cette thérapie porte plusieurs noms : réflexothérapie endonasale, sympathicothérapie.

Elle consiste à stimuler diverses zones de la muqueuse nasale dans le but d’obtenir une action réflexe sur les organes ou partie du corps à soigner.

Le corps se projette dans la muqueuse du nez et chaque organe possède une zone réflexe dans le nez, tout comme l’iris de l’oeil (iridologie), l’oreille (auriculothérapie) et le pied (réflexothérapie plantaire).

La stimulation des zones réflexes se fait en introduisant dans les narines différents stylets de différentes natures en fonction de l’effet que l’on veut produire. On peut utiliser des huiles essentielles bactéricides en cas de rhinite ou de sinusite.

La magnétothérapie

C’est une thérapeutique ancienne, remontant à l’antiquité, qui consiste à utiliser des aimants afin de produire des champs magnétiques permanents sur une zone lésée. On utilise cette méthode dans la plupart des problèmes rhumatismaux d’origine pathologique ou traumatique, en particulier :

  • l’arthrose ;
  • l’arthrite ;
  • la tendinite ;
  • l’entorse ;
  • la lombosciatalgie ;
  • la périarthrite scapulohumérale ;
  • la cervicalgie ;
  • les névralgies cervicobrachiales ;
  • l’élongation ;
  • la déchirure musculaire ;
  • la dorsalgie.

On dispose des aimants, sous la forme de plaques ou de pastilles, sur la zone à traiter. Le pôle nord de l’aimant a une action décontractante et le pôle sud a une action antalgique et anti-inflammatoire.

L’application des aimants fait disparaître immédiatement la douleur dans plus de 80% des cas.

À noter : 10 à 20% de la population serait « magnéto-résistante » : elle ne peut profiter de cette thérapeutique. Cette magnéto-résistance peut être passagère dans le cas d’un état infectieux.

Vivre au naturel

Ces thérapeutiques peuvent être un bon moyen naturel de régler une difficulté passagère. Leur variété et leur non toxicité nous permet de trouver chaussure à notre pied tout en étant efficace. Si cela peut éviter la prise de traitements médicamenteux chimique avec leur cortège d’effets indésirables, pourquoi s’en priver ?

📚

« Si le médicament ne porte pas le trouble et le désordre dans le corps d’un malade, il n’opérera pas la guérison. », Mencius

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s