La thalassothérapie, un milieu de vie

Après un bref passage historique sur la thalassothérapie lors du précédent article, je vous propose d’explorer les caractéristiques du milieu marin. La mer est d’une richesse incroyable. Je vous invite à la découvrir.

Les éléments minéraux et les oligo-éléments

La mer occupe une surface considérable sur l’ensemble du globe terrestre et constitue le plus grand réservoir d’eau minérale. Elle est constituée de nombreux éléments chimiques et biologiques qui font de ce liquide un milieu vivant. D’ailleurs, il est fort probable que la mer ai donné naissance à la vie.

La mer est fortement minéralisée et se caractérise par une eau chlorurée sodique avant tout. Elle est chlorurée et sulfatée magnésienne, et est faiblement alcaline avec un pH compris entre 7,5 et 8,4.

La salinité de l’eau de mer varie en fonction de plusieurs facteurs et peut être différente d’un lieu à l’autre. La salinité diminue sous l’effet des eaux de ruissellement (près des estuaires), à proximité des pôles (fonte des glaces) et à l’équateur (pluies intenses). Elle augmente dans les lieux à forte évaporation (vents et chaleur) et préférentiellement dans les mers dites chaudes et fermées (ex : Mer Rouge, Méditerranée).

Bon à savoir : les travaux de René Quinton ont montré que l’eau de mer est un véritable plasma sanguin naturel. René Quinton a été le premier à transfuser à des chiens de l’eau de mer isotonique. En quelques jours, les chiens ont reconstitué leur patrimoine sanguin propre. De cette expérimentation est né le « plasma Quinton » qui peut être utilisé par voie buccale ou en injection.
L’usage c’est perdu en France mais l’emploi est courant en Allemagne.

Les gaz dissous dans l’eau de mer

Tous les gaz atmosphériques se retrouvent dans l’eau de mer. Nous y retrouvons donc l’azote, l’oxygène et le gaz carbonique.

La régulation en gaz de l’eau de mer dépend de plusieurs facteurs :

  • Les végétaux marins produisent du gaz carbonique et de l’oxygène par la photosynthèse ;
  • Les animaux marins qui exhalent du gaz carbonique ;
  • L’intensité de la photosynthèse, de l’insolation et de la température ambiante va être déterminante pour cette concentration en gaz.

Le plancton

Ces organismes microscopiques se distinguent en fonction de leur mode de nutrition. Les phytoplanctons se nourrissent de végétaux et les zooplanctons se nourrissent d’animaux.

Chez les phytoplanctons, on distingue principalement les diatomées et les péridiniens. Mais il existe aussi de nombreux autres phytoplanctons tels que les algues bleues, les espèces à la coquille brun-rouge, les coccolithophores, etc.

Ces phytoplanctons servent d’alimentation au zooplanctons.

Il est important de noter que tous ces phytoplanctons sont le premier maillon animal de la chaîne alimentaire marine et la plus grande réserve alimentaire de la planète.

La climatologie

L’air marin a la particularité d’être très pur et très riche en ozone. Les substances chimiques, vitamines et minéraux que l’eau de mer transporte sont sous forme d’aérosol.

Les ions négatifs sont très nombreux (2000/cm2 contre 50/cm2 en ville)

À noter : il y a 7 à 70 fois moins de poussière au bord de mer qu’en ville et 5 à 200 fois moins d’oxyde de carbone.

L’air marin stimule la peau. Il permet une vasoconstriction puis une vasodilatation compensatrice de la barrière cutanée. Cela habitue la peau à se défendre face aux agressions importantes comme la pollution. Il y a donc une diminution de la sensibilité de la peau.

L’air marin agit favorablement sur les voies respiratoires contre l’asthme et les bronchiolites par exemple.

Les différents climats marins

Il y a une interaction entre les couches superficielles de la mer et des océans, et l’atmosphère du littoral qui varie en fonction de la région dans laquelle on se situe. Les mers et les océans ont tendance à régulariser efficacement l’atmosphère, réduisant ainsi les écarts de température entre l’hivers et l’été.

Le climat océanique de la Manche est plutôt vivifiant. Il se caractérise par des températures moyennes et une richesse en iode et oligo-éléments. On le conseil pour les organismes carencés et douloureux.

Le climat océanique en Atlantique est tonique. Il se caractérise par la richesse en oligo-éléments, ses vents importants et sa grande pureté. On le conseil pour les personnes fragiles, nerveuses et souffrant de pathologies cardio-vasculaires.

Le climat méditerranéen est sédatif. Ses caractéristiques sont l’ensoleillement et une activité marine qui se passe en profondeur en l’absence de marées. On le conseil pour les rhumatismes, les douleurs articulaires et musculaires.

Important : c’est le microclimat marin qui va conditionner l’installation des centres de thalassothérapie sur les côtes françaises.

L’objectif est d’obtenir un bioclimat qui se caractérise par :

  • des températures plus stables et constantes que sur le continent, régulée par la chaleur de l’eau de mer et sa conductivité ;
  • une humidité très élevée mais stable ;
  • une atmosphère pure en l’absence de poussières balayées par les vents ;
  • une pluviosité relativement abondante mais toujours inférieure à celle du continent ;
  • des vents qui entraînent les embruns du large et les transforment en véritable aérosol, ainsi que l’oxygène produit par les algues planctoniques flottant à la surface de la mer.

Les propriétés physico-chimiques de l’eau de mer

La densité de l’eau de mer

L’eau de mer possède une densité assez élevée, entre 1,02 et 1,04. De ce fait, elle s’échauffe moins vite au contact d’un corps humain immergé, qui lui-même refroidit moins vite que dans l’eau douce.

La radioactivité

La radioactivité de l’eau de mer peut être considérée comme négative, et donc apporte une faible utilité pour la médecine.

Le pouvoir antibiotique

D’une part, l’eau de mer subit en surface l’action bactéricide des rayons ultraviolets. D’autre part, elle contient un complexe doté d’un pouvoir antibiotique envers les bactéries pathogènes qui en bloque et arrête leur développement. Ce pouvoir :

  • n’existe pas dans l’eau de mer synthétique ;
  • est indépendant du degré de salinité de l’eau ;
  • disparaît totalement par chauffage ;
  • n’est pas affecté par l’insolation ;
  • reste constant le jour comme la nuit ;
  • ne disparaît pas après filtration ;
  • a une action renforcée par l’agitation et l’oxygénation ;
  • semble très actif sur les germes négatifs tels les bacilles ;
  • a une rapidité d’action maximale sur les germes intestinaux.

À noter : Il est d’ailleurs impossible de cultiver un milieu pathogène en eau de mer.

Le pouvoir de pénétration des ions dans l’organisme

Notre épiderme est constitué de 4 couches :

  • la couche basale profonde unie au derme ;
  • la couche de Malpighi ;
  • la couche granuleuse ;
  • la couche cornée superficielle.

Cet épiderme est recouvert d’un film superficiel protéino-lipidique produit par les glandes et les appareils pilo-sébacés. Ces appareils sont pratiquement toujours associés aux follicules pileux qui viennent s’ouvrir à la surface de l’épiderme, surface où s’ouvrent également les tubes excréteurs des glandes sudoripares.

Les 3 voies de pénétration de la peau sont :

  • la voie Crans-épidermique directe ;
  • la voie sudoripare ;
  • la voie transfolliculaire.

Par la peau pénètrent les gaz, dans les cellules glandulaires qui sont très perméables jusqu’à atteindre le système circulatoire sanguin. C’est de cette manière qu’agissent les bains carbo-gazeux en balnéothérapie. Par ailleurs, il semble que la pression dans les piscines à vagues soit suffisante pour que certains gaz dissous dans l’eau de mer pénètrent à travers la peau. C’est également par cette voie qu’agit l’ionisation. L’ionisation consiste à faire passer à l’aide d’un courant de faible puissance des substances médicamenteuses à travers la peau dans un but thérapeutique.

En 1959, Buettner a mis en évidence qu’un membre plongé dans l’eau absorbait 2 à 3 g d’eau par 24 heures. Cette absorption est fonction du degré de salinité du bain.

Le professeur Degos admet que la peau elle-même possède des propriétés électriques qui règlent le passage des électrolytes. Il s’agirait d’un véritable phénomène d’électro-osmose.

Différentes expériences en laboratoire sur des ratons ont montré que les ions d’une solution traversent inconstestablement la peau si celle-ci est concentrée et chaude.

La valeur maximale de l’eau de mer est renforcée par l’association de boues et d’algues, mais cette pénétration reste très minime. Néanmoins, ce phénomène est particulièrement important en thalassothérapie car il est à la base de la recharge des ions d’un organisme fatigué convalescent en oligo-éléments.

À noter : dans certains centres russes de thalassothérapie, il est vivement conseillé de ne pas prendre de bains ou de douches d’eau douce après les bains de mer, mais au contraire de laisser se déposer et se sécher sur la peau les dépôts de sel, voire de prendre deux ou trois bains par jour suivis chaque fois par une exposition au soleil. Les résultats des travaux ont montré qu’il existe une pénétration cutanée des ions mais que celle-ci se fait surtout après le bain.

📚

« La voix de la mer parle à l’âme. Le contact de la mer est sensuel, et enlace le corps dans une douce et secrète étreinte. », Kate Chopin.

Un commentaire sur “La thalassothérapie, un milieu de vie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s