Initiation à l’aromatologie

Je vous offre l’occasion de voyager dans les odeurs intenses et agréables que dégage toute activité autour de l’aromatologie. Il s’agit de l’étude des « huiles essentielles » (HE), aussi appelées « essences », des plantes. Bien que ces HE soient en partie utilisées en parfumerie, leur usage est principalement bénéfique pour améliorer notre état de santé, et le cas échéant, de lutter contre la maladie.

Cet article a pour objectif de nous donner les principes nécessaires afin d’aborder l’aromathérapie en toute quiétude avec des bases suffisantes avant d’entrer dans les détails.

Qu’est ce que l’aromatologie ?

Les HE ne sont pas une découverte mais une redécouverte. En effet, les anciens utilisaient les essences pour embaumer les corps, combattre la putréfaction et conserver les aliments. Les HE sont donc antiseptiques et antibactériologiques. Lors des grandes épidémies, il n’était pas rare d’utiliser les HE de menthe, de romarin, de thym, de sauge et autre plantes pour endiguer la contagion.

Il est constaté que les microbes ne s’accoutument pas au pouvoir des HE, contrairement à ce qui peut être constaté au niveau des antiseptiques de synthèse. Les HE ont une action probable sur le milieu de vie du microbe, et non sur le microbe lui-même.

Petite soeur de la phytothérapie, l’aromathérapie a une ancienneté suffisante pour que l’on reconnaisse ses vertus thérapeutiques et son action physiologique bienfaisante. Bien que non toxiques et non traumatisantes, les HE nécessitent de connaître les conditions de leur utilisation. L’aromathérapie n’est qu’un élément de santé parmi tant d’autres et est intéressant s’il est associé en complémentarité avec d’autres traitements.

Une HE ne remplacera pas un traitement médical et il est important d’aller voir son médecin si les troubles persistent.

Les huiles essentielles (HE) ou essences

Se sont des concentrés de composés aromatiques d’un végétal à partir de ses feuilles, de son zeste, de ses fleurs, de son écorce, de son bois, voire de ses graines. Les HE sont souvent appelées essences par les professionnels. Elles se présentent sous forme de liquides d’apparence huileuse, plus légère que l’eau, d’odeur et de saveur fortement aromatiques.

Leurs composants sont, pour la plupart, des dérivés chimiques de la série dite aromatique. Ce sont des liquides assez volatils, sensibles à la lumière, solubles dans les huiles végétales et l’alcool. Elles sont insolubles dans l’eau, mais on peut les y disperser ou les solubiliser par adjonction d’émulsifiants et solvants.

Familles des plantes

Les plantes sont classées par famille et les spécialistes ont pour habitude d’utiliser les noms latins. Mais reconnaitre une plante quand on connait la famille facilite les choses. En voici un aperçu :

Les labiés

Ils regroupent, entre autres, les lavandes, le thym, les sarriettes de montagne et de jardin, la sauge officinale, la mélisse, la marjolaine, les menthes, l’origan, le romarin et le basilic.

Toutes les plantes de cette famille sont remarquable par leur odeur forte et pénétrante qui s’en dégage, d’où leur appellation de « plantes aromatiques ».

Les HE des labiés sont aromatiques, stimulantes et diffusibles. Les labiés sont emménagogues, sudorifiques et antispasmodiques. Elles agissent sur le système respiratoire en lui communiquant une excitation convenable. Ces plantes ont de remarquables qualités antiseptiques.

Les ombellifères

Elles regroupent, entre autres, le cumin des prés ou carvi, la coriandre, l’anis vert, le fenouil mais aussi la ciguë.

Elles sont remarquables par leurs qualités alimentaires, thérapeutiques et toxiques. Elles sont stimulantes, emménagogues, carminatives, toniques et excitantes.

Méfiance : les ombellifères qui poussent à l’ombre ou à l’humidité développent une substance narcotique et elles deviennent dangereuses : c’est le cas de l’anis vert par exemple.

Les lauracées

Cette famille regroupe, entre autres, la cannelle de Chine, le camphre de Bornéo, le sassafras, le laurier commun et le laurier cerise.

Les HE sont répandues en abondance, ce qui donne une odeur suave, quelque fois forte et pénétrante, une saveur chaude et âcre. Toutes ces HE sont excitantes.

Les myrtacées

Elles regroupent, entre autres, le cajeput, l’eucalyptus globulus, le girofle et le niaouli. Ce sont des arbres et des arbrisseaux dont l’écorce et les feuilles sont parsemées de petites vésicules d’où on tire l’huile essentielle. Elles sont astringentes, toniques et stimulantes. En cas d’abus, elles peuvent être irritantes, en particulier le girofle et le niaouli.

Les conifères

Cette famille regroupe, entre autres, le pin sylvestre, le pin maritime, le cèdre, le cyprès, le thuya et le genévrier. En général, les HE sont antiseptiques des voies respiratoires et ont des qualités hygiéniques générales. Le cèdre, le cyprès et le genévrier ont des qualités spécifiques en ce qui concerne les infections urinaires, le système circulatoire, les maladies de peau et du cuir chevelu.

Il faut être très prudent avec l’HE de Thuya dont l’usage doit être particulièrement contrôlé.

Les hespéridées

Elles regroupent, entre autres, le citron, l’orange, la bergamote, la camomille romaine et la rose. Les HE sont extraites par expression ou grattage des écorces. Les HE extraites des fruits de l’oranger et du citronnier sont à la fois stimulantes, toniques et antiseptiques. Le citron vert est particulièrement intéressant pour les affections hépatiques. L’essence d’orange douce est surtout un antispasmodique gastrique.

De manière générale, les HE des hespéridées sont excellentes pour le tube digestif.

L’extraction des huiles essentielles

Il existe différents mode d’extraction.

L’extraction à froid

C’est la méthode qui permet d’obtenir des HE d’une grande pureté. Les glandes se rompent et laissent s’écouler un liquide composé d’huile essentielle, d’eau et d’autres substances, ce qui lui donne un aspect trouble dont les composants sont difficiles à séparer.

La méthode de « l’écuelle à piquer »
Ce sont des machines qui grattent superficiellement le fruit grâce à des petits crochets. Les glandes sont brisées délicatement et laissent s’écouler l’huile essentielle. Les HE sont ensuite dissoutes dans des solvants spécifiques (huiles d’olive ou saindoux à 40°C)

La méthode de « l’effleurage à froid »
Des substances grasses sont appliquées sur des plaques de verre disposées sur des châssis. Les végétaux sont placés sur le corps gras et recouverts de plaque de verre. Un ou deux jours plus tard, ils sont prélevés et remplacés par des végétaux frais. Ce renouvellement se fera pendant plusieurs mois jusqu’à saturation du solvant. Ensuite on récupère l’HE.

L’extraction à chaud

La distillation est souvent utilisée, même si la chaleur risque de modifier la composition de l’HE. Elle se subdivise en trois techniques :

  • Distillation simple à feu direct
  • Distillation par courant de vapeur
  • Distillation sous pression réduite

L’eau est choisie comme véhicule. Le liquide obtenu sera donc un mélange d’eau condensé et d’HE et finira par se séparer grâce à la différence de masse spécifique.

Les facteurs de formation de la plante

Les qualités d’une bonne HE est liée à un ensemble de facteurs.

Le sol

La nature du sol détermine la qualité de l’HE. Là où le sol est riche en sels minéraux poussent les meilleurs plantes aromatiques. Se sont les sols calcaires qui remportent la palme, d’autant plus que la vie végétale y est difficile et seules les plantes fortes, organiquement saines et exemptes de faiblesse structurelle survivent.

Dans les sols limoneux, la vie y est exubérante. Les plantes poussent facilement et leur qualité est moindre, d’autant plus que leur conservation reste plus compliquée.

Le soleil

C’est un élément moteur pour les plantes aromatiques. Tous les éléments aromatiques sont en mouvement dans la plante aux heures chaudes : c’est l’heure du nectar pour les abeilles.

L’air

Il participe, avec le soleil, à la concentration des principes nécessaires à la pleine efficacité des HE. Il empêche le développement des maladies et la prolifération des insectes prédateurs qui s’attaquent aux plantations groupées.

L’eau

Comme pour les fruits, les plantes aromatiques ont besoin d’eau mais pas trop. En cas d’excès, cela nuit au mûrissement.

Les saisons

Le moment le plus favorable à l’extraction des principes actifs de la plante n’est pas forcément à la floraison. Pour certains labiées, la floraison est le moment (lavande, hysope) mais pour d’autres (romarin, sarriette), c’est en dehors de la floraison que la quantité d’HE est la plus importante. C’est vrai pour tous les conifères qui seront distillés en juin/juillet.

L’influence de la lune

La lune a une influence importante sur la conservation des plantes et sur la richesse en éléments dynamiques des HE.

Les principaux composants des HE

Les principaux composants des HE sont :

  • Des hydrocarbures ou terpènes (aliphatiques, alicycliques, aromatiques)
  • Des substances grasses, intimement associées aux fonctions biologiques des organismes vivants
  • Plusieurs corps oxygénés aux propriétés chimiques diverses (alcools, aldéhydes, esters, phénols, acides organiques, coumarine, etc.)

La composition peut varier suivant les conditions :

  • De végétation
  • De récolte
  • De distillation

De plus, les procédés physiques et/ou chimiques utilisés pour l’analyse peuvent donner lieu à des transformations. Ainsi on peut retrouver des produits qui n’existent pas initialement dans l’HE et inversement.

Les HE sont des produits très concentrés et il faut une grande quantité de plantes pour en avoir une quantité appréciable. C’est pour cela qu’elles doivent être utilisées avec beaucoup de précautions.

Pour exemple, 100 kg d’eucalyptus permet d’extraire 2700 à 3000 g d’HE là où 100 kg de camomille romaine ne permet d’extraire que 0,4 à 0,5 g d’HE.

Les principaux constituants des HE

Voici un catalogue qui trace les grandes familles de constituant des HE.

Terpènes

Se sont les hydrocarbures très répandus dans le HE et qui constituent les principaux composants d’un grand nombre d’entre elles.

Pinène (l et d) : cyprès, pin, fenouil, eucalyptus, coriandre, …
Camphène : citronnelle, genévrier, petit grain, aspic, macis, …
Phellandrène : angélique, badiane, coriandre, cumin, cannelle de Ceylan, citron, …
Limonène : bergamote, citron, fenouil, carotte, carvi, macis, …
Dipentène (limonène gauche) : bergamote, citron, fenouil, coriandre, …
Sylvestrène : cyprès, aiguilles de pin, …
Terpinène : cardamine, aneth, coriandre, …
Fenchène : eucalyptus.
Sabinène : sabine, de cardamome, marjolaine, …
Mycène : bay, verveine, sassafras, linaloé, …

Sesquiterpènes

Cadinène : patchouli, citron, encens, galbanum, …
Caryophyllène : clous de girofle, cannelle, bay, …
Humulène : bourgeons de peuplier, bouleau, houblon, …
Cédrène : cèdre, genévrier, …

Alcools

Menthol (camphre de menthe) : menthe.
Terpinéol : badiane, cardamome, géranium, bourbon, bergamote, …
Linalol : coriandre, citron, basilic, aspic, lavande, bergamote, …
Géramiol : rose, palmarès, linaloé, géranium, néroli, petit grain, …
Nérol : néroli, petit grain, orange, bergamote, linaloé, myrte, absinthe, …
Citronnellol : géranium, citronnelle, …
Myrténol : de myrte, géranium.
Santalol : santal.
Farnésol : rose, baume de Pérou, palmarosa, ambrette, cananga, ylang-ylang, …
Bornéol : lavande, coriandre, muscade, romarin, pin, …

Phénols

Eugénol : clous de girofle, de bay, de feuilles de cannelier, de cannelle de Ceylan, …
Lsoeugénol : muscade, macis, ylang-ylang, …
Safrol : sassafras, de badiane, muscade, macis, chénopode, feuilles de cannelier, …
Méthylchavicol : basilic, badiane, bay, fenouil, anis vert, estragon, …
Myristicine : noix de muscade, macis, persil, …
Apiol : persil, aneth, …
Thymol : thym, ojowan, …
Carvacrol : origan, thym, menthe, …
Anéthol : anis, fenouil, aneth, badiane, …

Aldéhydes

Aldéhyde benzoïque : dans es HE d’amande amère, laurier, de benjoin, patchouli, …
Aldéhyde cuminique : cumin, fenouil, carvi, camomille, romarin, …
Aldéhyde anisique : anis vert, badiane, fenouil, vanille, …
Aldéhyde cinnamique : cannelle de Ceylan.
Citral : lemongrass, citron, orange, mandarine, sassafras, géranium, citronnelle de Java, …
Citronellal : citron, citronnelle, gingergrass, lemongrass, eucalyptus, mélisse, …
Furgural : santal, girofle, carvi, lavande, cannelle de Ceylan, iris, vétiver, sabine, …

Cétones

Carvone : aneth, menthe, gingergrass, …
Thuyone : thuya, armoise, absinthe, sauge, tanaisie, …
Pulégone : menthe pouliot.
Camphre : cannelle, lavande, stoechas, armoise, sauge, basilic, …

Acides

Acide benzoïque : ylang-ylang.
Acide phénylacétique : néroli (fleur d’oranger).
Acide cuminique : cumin.
Acide salicylique : peuplier, bouleau, wintergreen, …

Esters

Acétate de linalyle : lavande, bergamote, limette, néroli, jasmin, …
Acétate de bornyl : aiguille de pin, romarin.
Acétate de cinnamyle : cannelle.
Acétate de Géranyle : lavande, eucalyptus, …
Acétate de terpényle : cyprès, aiguilles de pin, …
Salicylate de méthyle : wintergreen, bouleau, cananga, tubéreuse, sassafras, …
Anthranilate de méthyle : orange, néroli, mandarine, cananga, …

Un outil parmi tant d’autres

Voici donc les quelques notions qu’il est important d’aborder avant l’utilisation des huiles essentielles dans notre quotidien. Les prochains articles sur le sujet seront d’avantage focalisés sur les pratiques de ces huiles essentielles aussi bien sur le plan préventif que curatif.

N’oublions pas qu’avant d’envisager les HE, il est important de considérer les choses dans leur globalité et qu’un problème de santé peut avoir des origines diverses. Je ne serait trop conseiller d’aller voir un médecin ou un thérapeute qui permettra d’orienter la nature des soins à envisager en cas de mal être. Mais avant cela, nous avons tous intérêt à veiller à notre hygiène de vie au jour le jour à travers des choses simple comme notre alimentation et notre activité physique, par exemple.

📚

« Les graines d’un vieillissement en bonne santé se sèment tôt. », Kofi Annan

3 commentaires sur “Initiation à l’aromatologie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s