La thérapie par les plantes

La nature offre bien des trésors et ces derniers nous apportent des bien faits considérables dans notre vie pour entretenir notre santé et notre bien-être. Cette dernière peut être aussi un adversaire redoutable quand elle se déchaîne et il faut être prêt à accepter la situation car c’est souvent elle qui a le dernier mot.

Dans le même esprit, les plantes peuvent nous apporter beaucoup mais leur utilisation n’est pas sans risque si nous ne prenons pas un minimum de précautions lors de leur utilisation.

D’autre part, les plantes ne sont qu’une technique de soins « d’accompagnement » qui ne pourra jamais supplanter les bases d’une bonne santé autour d’une alimentation équilibrée, une activité physique régulière et le maintien psychologique.

L’objet de cet article est de voir des exemples concrets d’utilisation de plantes pour soigner les maux que nous pouvons rencontrer dans le courant de notre quotidien.

Différents types de plantes

Nous n’obtenons la guérison que si nous allons aux sources d’une maladie. Pour commencer, il est nécessaire de distinguer deux types de plantes.

Plantes « alimentaires »

Se sont les fruits, les légumes et les végétaux qui constituent notre alimentation. En ingérant ces aliments, nous allons profiter des protéines, des lipides, des glucides, ainsi que des vitamines, des sels minéraux et des oligoéléments qu’ils contiennent.

Ces plantes peuvent conduire à la guérison des cas de carences alimentaires. Une consommation régulière et équilibrée de ces plantes, choisies par leur qualité nutritionnelle et en tenant compte des saisons, est un bon moyen de prévention à tous nos maux.

Plantes « médicinales »

Se sont les plantes utilisées en phytothérapie pour soigner les maladies. Leur nombre est conséquent et certaines d’entres elles appartiennent aux deux catégories suivantes : les aromatiques et les médicinales. Le thym, le romarin, le persil, la ciboulette, l’estragon, le gingembre, … en sont des exemples.

Les plantes médicinales ne sont pas suffisantes en elles-même, pour envisager une guérison, et peuvent être associées à d’autres techniques de soins telles que l’aromathérapie, la réflexologie, etc. L’équilibre alimentaire, je le répète, reste une priorité.

NB : Comme précisé en introduction, le naturel n’est pas dénué de danger et certaines plantes, mal dosées ou mal utilisées, peuvent avoir des conséquences nocives, voire mortelles. D’autre part, les plantes médicinales sont à considérer comme des « médicaments » avec aussi des risques d’accoutumance.

Quelques maladies traités par les plantes

Dans le cas de pathologies légères, les maux suivants peuvent être traités par les plantes, pour guérir ou soulager, dans le cadre d’un rééquilibrage de notre hygiène de vie.

Abcès

C’est une formation de pus dans une cavité.

Bardane

Elle a des caractéristiques bactéricides contre le staphylocoque (agent habituel des abcès) et sa teneur en vitamine B12 est intéressante. La bardane aide la sortie du bourbillon (tissu blanchâtre central) dans les furoncles.

Posologie possible :

  • Décoction de racines : 50 g par litre. 3 à 4 tasses par jour.
  • Applications chaudes locales de pulpes de racines cuites et de jeunes feuilles de bardane.

Orme

L’écorce des rameaux donne une décoction riche en mucilage, en tanin et en matières organiques confèrent des propriétés adoucissantes et dépuratives de la peau.

Posologie possible :

  • Décoction d’écorce : 40 g par litre. 3 tasses par jour.
  • Applications chaudes locales en compresse de la décoction.

Scrofulaire

Il agit sur les furoncles.

Posologie possible :

  • Décoction de plantes entières : 50 g par litre. 3 tasses par jour.

Acné

C’est une inflammation boutonneuse du visage.

Bardane

Ses constituants stimulent l’activité hépatique. Ses propriétés dépuratives et détoxiquantes sont utilisées dans l’acné des adolescents.

Posologie possible :

  • Décoction de racines : 50 g par litre. 3 à 4 tasses par jour.
  • Cataplasmes de racines et de petites fleurs écrasées sur la peau irritée.

Genévrier

Ses propriétés diurétiques et dépuratives agissent à la fois sur les reins et le foie.

Posologie possible :

  • Infusion de baies : 50 g par litre. 2 à 3 tasses par jour.

Pensée sauvage

Les dérivés salicylés contenus dans cette plante agissent sur le terrain neuroarthritique, cause fréquente d’acné.

Posologie possible :

  • Infusion de la plante fleurie : 60 g par litre. 3 tasses par jour.

Aménorrhée

C’est l’absence de règles.

Absinthe

Ses propriétés toniques sur l’utérus permettent de lisser ce dernier.

Posologie possible :

  • Infusion d’une pincée de feuilles par tasse : 1 tasse par jour.

Armoise

Elle agit sur l’absence de règle chez les femmes anémiques et chlorotiques (forme d’anémie).

Posologie possible :

  • Infusion de 10 g par litre : 2 tasses par jour.

Cellulite

C’est une inflammation du tissus cellulaire.

Lierre grimpant

Le lierre grimpant est vasoconstricteur. Cela permet une diminution de l’infiltration du tissus conjonctif sous-cutané et aide à son assouplissement.

Posologie possible :

  • Décoction de feuilles sèches : 20 g par litre. 3 tasses par jour.

Ulmaire

Les sommités fleuries contiennent des dérivés salicylés qui agissent sur les rétentions séreuses des cellules.

Posologie possible :

  • Infusion de sommités fleuries : 30 à 50 g par litre. 2 tasses par jour.

Constipation

C’est le retard et la difficulté dans l’évacuation des selles.

Chicorée sauvage

Elle agit sur les constipations dues à l’atonie des voies digestives et des sécrétions biliaires. Elle est recommandée pour les enfants.

Posologie possible :

  • Infusion de feuilles : 50 g par litre. 1 ou 2 tasse(s) le matin à jeun.

Mauve

Elle favorise la progression du bol fécal dans l’intestin et en diminue le spasme.

Posologie possible :

  • Infusion de feuilles sèches : 10 à 15 g par litre. 2 tasses par jour.
  • Infusion de feuilles fraiches : 10 g par litre. 2 tasses par jour.

Cystite

C’est une inflammation de la vessie.

Chiendent

Il a des propriétés diurétiques au niveau du rhizome. Il est riche en potassium et anti-inflammatoire pour les muqueuses.

Posologie possible :

  • En décoction : en 2 temps. 1) Faire bouillir 30 g de chiendent pendant 1 minute dans 1 litre d’eau. Jeter l’eau qui est amère. 2) Écraser le chiendent et le faire bouillir encore une fois dans 1,2 litre d’eau jusqu’à réduction à 1 litre. Il est possible d’ajouter 10 g de réglisse. Laisser refroidir et boire à volonté.

Genévrier

Il a des propriétés diurétiques. Il est utilisé dans le cas des cystites chroniques chez les arthritiques et en cas de lithiases urinaires.

Posologie possible :

  • Décoction de baies : 50 g par litre. 3 à 4 tasses par jour.

Eczéma

C’est une inflammation non contagieuse de la peau, souvent accompagné de pustules purulents.

Bardane

Elle contient un antibiotique qui agit sur les staphylocoques et sur les agents microbiens présents dans les eczémas suintants.

Posologie possible :

  • Décoction de racines : 50 g par litre. 2 à 3 tasses par jour en dehors des repas.

Fumeterre

À la fois tonique et dépurative, elle agit sur les irritations de la peau qui s’accompagnent de la présence de petites vésicules eczémateuses.

Posologie possible :

  • Infusion de la plante entière : 30 g par litre. 2 tasses par jour pendant 1 semaine. Puis s’arrêter pendant 1 semaine. Continuer ainsi pendant 2 à 3 mois.

Goutte

Il s’agit de rhumatismes articulaires douloureux.

Cassis

Il a des propriétés excitantes sur le rein. Il agit en favorisant l’excrétion des urates (sels de l’acide urique) et des purines.

Posologie possible :

  • Infusion de feuilles : 100 g par litre. 0,5 litre par jour.

Frêne

À la fois diurétique et sudorifique, il est indiqué chez le goutteux en période de crise, surtout s’il y a des poussées fébriles.

Posologie possible :

  • Décoction de feuilles : 40 g par litre. 3 à 4 tasses par jour.

Grippe

C’est une maladie infectieuse et contagieuse d’origine virale qui se caractérise notamment par de la fièvre, une rhinite, des courbatures et une intense fatigue.

Citron

Il est riche en vitamine C. Il a des propriétés anti-infectieuses et toniques.

Posologie possible :

  • Un jus de citron pressé dans un verre d’eau chaude sucré au miel. 2 fois par jour.

Saule

Son écorce contient de la salicine, lui conférant des propriétés fébrifuges.

Posologie possible :

  • Décoction d’écorces sèches : 20 à 35 g par litre. 2 à 3 tasses par jour.

Hypercholestérolémie

Le taux de cholestérol dans le sang est plus élevé que la moyenne.

Tilleul

Les fleurs agissent indirectement sur le cholestérol, du fait de leur action sur l’hyperviscosité du sang.

Posologie possible :

  • Infusion de feuilles et de fleurs : 20 g par litre. 2 à 3 tasses par jour.

Phlébite

C’est une inflammation aigüe d’une veine pouvant amener à la formation d’un caillot.

Hamamélis

Ses feuilles contiennent un principe actif doté de propriétés vasoconstrictrices et antihémorragiques.

Posologie possible :

  • décoction de feuilles : 30 g par litre. 2 à 3 tasses par jour.

Mélilot

Son contenu en coumarine en fait un anticoagulant. Il est indiqué dans les phlébites, à titre préventif d’une embolie.

Posologie possible :

  • Infusion de sommités fleuries : 30 à 40 g par litre. 2 à 3 tasses par jour.

Plaies

C’est une déchirure des tissus.

Lavande

Elle est antiseptique et cicatrisante. Elle favorise la guérison des plaies infectées.

Posologie possible :

  • Décoction de sommités fleuries : 30 g par litres. Laisser reposer 5 minutes. Filtrer et faire des application locales en compresses.

Soucis

Il est analgésique et antiseptique.

Posologie possible :

  • Décoction de la plante fraîche : 20 g par litre. Faire des applications locales en compresses.

Rhumatismes

Se sont des douleurs articulaires chroniques.

Cassis

Il a des propriétés excitantes sur le rein. Il agit en favorisant l’excrétion des urates et des purines.

Posologie possible :

  • Décoction de feuilles : 50 g par litre. 0,5 litre par jour.

Chardon béni

Il favorise l’élimination des urates. Ses propriétés sédatives agissent sur les douleurs rhumatismales.

Posologie possible :

  • Infusion de sommités fleuries : 50 g par litre. 3 à 4 tasses par jour.

Toux

C’est un acte réflexe qui permet d’éliminer les sécrétions bronchiques.

Aunée

Elle a une action bactéricide et antispasmodique. Elle permet de supprimer la toux en desséchant les muqueuses respiratoires.

Posologie possible :

  • Décoction de racines : 10 à 30 g par litre. 4 tasses par jour.

Droséra

C’est un antispasmodique dans les toux quinteuses.

Posologie possible :

  • Infusion de la plante entière : 30 g par litre. Infuser 20 minutes. 3 tasses par jour. Pour un enfant : 3 demi-tasses par jour.

Ulcères d’estomac

C’est une plaie profonde dans la partie interne de l’estomac.

Géranium

Il agit sur l’inflammation de la muqueuse stomacale de part ses propriétés astringentes.

Posologie possible :

  • Décoction de plante fraîche : 50 g par litre. 3 tasses par jour, en dehors des repas.

Réglisse

C’est un antispasmodique qui agit sur l’irritation de la muqueuse gastrique. Il a un effet sédatif.

Posologie possible :

  • Mélanger 100 g de poudre de réglisse dans 5 cl d’eau. 3 cuillères à soupe par jour.

Urticaire

C’est une éruption de points rouges sur la peau.

Camomille

Elle possède des propriétés antispasmodiques et anti-inflammatoires.

Posologie possible :

  • Infusion de capitules : 10 g par litre, en applications locales avec compresses.

Ortie

Elle a une action dépurative et agit sur les éruptions de la peau à aspect urticarien.

Posologie possible :

  • Décoction de plantes fraîches : 30 g par litre. 4 tasses par jour.

Varices

C’est une dilatation des veines.

Hamamélis

C’est une plante astringente et vasoconstrictrice des veines.

Posologie possible :

  • Décoction de feuilles : 20 à 50 g par litre. 3 tasses par jour.

Myrthe

Ses propriétés sont astringentes.

Posologie possible :

  • Infusion de feuilles : 50 g par litre. 2 tasses par jour.

Le plaisir de se mettre au vert

Vous pouvez vous rendre dans la nature à la recherche des plantes qui vous intéressent mais cela demande un certain temps et de bonnes références en phytologie. Rassurons nous, il est possible d’obtenir la plupart des plantes dans un magasin de produits biologiques.

Bien que les précautions d’usages soient de rigueur dans l’utilisation des plantes médicinales, leur utilisation, en respectant les posologies suggérées, ne sollicitent pas autant l’organisme qu’un traitement chimique prescrit par votre médecin.

Dans ma pratique, la phytothérapie peut être abordée comme la cuisine qui n’apporte que des bienfaits pour votre alimentation. Je ressens un vrai plaisir à préparer mes infusions (n’ayant pas encore eu besoin de préparer de cataplasmes) en sachant ce que je vais consommer.

Comme en cuisine, la phytothérapie demande du temps mais qui est garante d’une certaine richesse de vie.

📚

« Notre vie vaut ce qu’elle nous a couté d’efforts. », Mauriac

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s