La détoxication

L’arrivée de l’automne se fait sentir ces derniers temps et nombre de personnes dans notre entourage développent des rhums, des maux de gorge, des angines, … Ils ont « pris froid » en quelque sorte.

Mais notre organisme est parfois fragilisé par les déchets qu’il accumule en son sein. La détoxication est alors la meilleur façon de les éliminer.

Le but de cet article va être d’aborder les différents éléments en lien avec l’élimination de ces impuretés qui encrassent notre corps, notamment grâce au drainage et aux désincrustages.

Le drainage toxique

L’intoxination

Selon la médecine naturiste, la cause principale de nos maladies est due à la présence de substances indésirables dans notre organisme. Ces substances voient leur présence suite à des excès alimentaires. Chaque aliment devrait être consommé de façon à tenir compte de nos capacités digestives, combustives et éliminatrices. Dans le cas contraire, nous accumulons des toxines dans notre corps qui seront la base de nos maladies futures.

Ainsi, l’intoxination est l’accumulation de toxines provenant de déchets issus :

  • Du fonctionnement du corps
  • De la dégradation des tissus et de leurs déchets
  • De la dégradation des substances alimentaires par le corps
  • Du stress en monopolisant trop d’énergie, ce qui perturbe les organes éliminateurs.

L’intoxication

Il s’agit de la présence de substances qui ne devraient pas être dans notre corps. Il y a plusieurs portes d’entrées :

  • La voie orale : cultures et élevages pollués par l’air, colorants, émulsifiants, stabilisateurs, agents de conservation, …
  • La peau : par tous les produits dermo-cosmétiques qui contiennent des substances nocives
  • Les voies respiratoires : tabac, gaz d’échappement, fumées industrielles, …

La maladie due à une altération du terrain

Par la circulation des liquides de l’organisme, nous assistons à une répartition des déchets dans l’ensemble de notre corps. Tous vont être surchargés mais les manifestations vont s’opérer là où nous sommes le plus faible. Ainsi vont apparaître des manifestations locales. En médecine naturelle, nous parlerons de terrain surchargé qui permettra à la maladie de s’installer.

Notre corps lutte en permanence contre cette surcharge et possède cinq ensembles d’organes purificateurs que nous appelons les émonctoires. Se sont :

  • Les poumons
  • La peau
  • Les reins
  • Les intestins
  • Le foie et la vésicule biliaire.

Quand un de ces organes n’est pas suffisant pour remplir sa fonction, cette dernière se répercute sur d’autres organes. Dans ce cas nous parlons de transferts morbides. Cette situation va finir par aggraver notre état de santé et de simples maladies peuvent devenir dégénératives.

Quoiqu’il en soit et même dans des situation extrêmes, il va être nécessaire d’envisager une épuration de notre organisme pour repartir sur un terrain « propre ».

La pratique des drainages

Le drainage consiste à éliminer les toxines dans le sang par les différents émonctoires. Après cette première étape, le sang va pouvoir éliminer les toxines qui sont dans les tissus plus profonds de notre organisme, pour les amener aux émonctoires.

Les émonctoires

Ces organes qui permettent l’élimination des déchets ont chacun leurs particularités.

L’émonctoire intestinal

Il est constitué de l’intestin grêle et du colon.

L’intestin grêle, faisant suite à l’estomac, permet la poursuite de la digestion et l’absorption des nutriments. Ensuite, ces nutriments vont dans le courant sanguin jusqu’au foie pour que ce dernier les distribuent là où sont les besoins. Les grosses molécule et les résidus toxiques sont maintenus pour qu’ils soient évacués par le colon. La muqueuse intestinale étant souvent endommagée, elle laisse passer des toxines qui se retrouvent dans la circulation générale : c’est l’encrassement humoral, vecteur de nombreuses maladies.

Les causes de cette atteinte de la muqueuse intestinale sont :

  • Une trop grande quantité d’aliments
  • Une qualité non adaptée : manque de cellulose, nourriture carnée
  • Un mélange d’aliments non compatible
  • Des produits pharmaceutiques et dérivés
  • Une mauvaise élimination liée à la sédentarité.

Le colon qui fait suite à l’intestin grêle a une fonction digestive. C’est le lieu des dernières transformations des matières. Il a une fonction d’élimination par un processus réflexe. Des intestins sains devraient se vider deux fois par jour.

Les draineurs intestinaux

Le drainage intestinal

Le but est de vider les intestins de tout leur contenu avec pour objectif de :

  • Favoriser la désassimilation des toxines par les parois intestinales
  • Rétablir le transit intestinal
  • Permettre au corps de chasser les toxines des tissus et d’éliminer ces déchets

La purge ou le purgatif

Ça provoque l’évacuation des matières. Cette méthode, un peu violente, est à utiliser de façon exceptionnelle.

Le laxatif

Le but est une stimulation douce des intestins. Bien dosé, il n’irrite pas les intestins et ne fatigue pas.

Modes d’actions des draineurs

Il existe trois types d’actions des draineurs.

L’action osmotique se fait grâce à des laxatifs salins que l’on retrouve dans la pharmacopée.

L’action mécanique consiste à stimuler, lubrifier et ramollir. Plusieurs possibilités s’offrent à nous.

  • Les fruits et les légumes sont des aliments laxatifs très doux. Leur apport en fibres végétaux vont balayer les intestins. L’apport de cellulose favorise aussi le transit. Ils agissent de façon mécanique sur les intestins et leur utilisation est recommandée avant de passer aux plantes médicinales qui peuvent parfois être plus irritantes. À titre d’exemple nous avons : l’épinard, le chou, l’aubergine, l’abricot, la figue, le pruneau, etc. Ces produits peuvent être utilisés en cure en monodiète, crus ou cuits.
  • La bouillie cellulosique consiste en soupe épaisse qui est moins irritante que les aliments crus.
  • D’autres aliments sont envisageables : figues sèches, pruneaux secs, son de froment, graine de lin, agar-agar, …
  • La douche rectale est un petit lavement qui rempli la partie terminale du colon à l’aide d’une petite poire à lavement de 300 ml. Elle agit par action réflexe du péristaltisme intestinal.
  • Le lavement de 1 litre consiste à remplir le colon descendant à l’aide d’un boc de lavement rempli d’eau à 37°C. Son application est occasionnelle pour ne pas perturber la flore intestinale.
  • Les irrigations coliques sont des lavements pratiquées par un thérapeute.

L’action chimique consiste en l’utilisation des substances actives des plantes. Exemple de plantes médicinales : la bourdaine, la cascara, la casse, l’eupatoire d’Avicenne, la manne, la mauve, le pêcher, le polypode, la réglisse, le séné. Ces plantes peuvent être prises sous forme d’infusion 3 fois par jour. Il est conseillé de consulter un naturopathe pour le dosage de ces plantes.

L’émonctoire hépatique et biliaire

Tous les troubles du foie ont des répercussions sur le fonctionnement des intestins et vice versa.

Le foie

Il est situé dans la partie supérieure droite de l’abdomen et est irrigué par l’artère hépatique et la veine porte. Ce « filtre » a les fonctions suivantes :

  • Il tue les virus et les microbes
  • Il neutralise les toxines
  • Il inactive et évacue les substances toxiques consommées
  • Il extrait du sang les déchets des métabolismes cellulaires et des déchets issus de fermentation intestinale.

Les voies biliaires

La vésicule biliaire est un réservoir de bile où elle s’accumule entra l’intervalle des digestions. La bile permet la digestion des corps gras.

L’écoulement de la bile se fait mal lorsque :

  • Le foie travaille au ralenti souvent à cause d’une suralimentation
  • La bile est trop épaisse, chargée de déchets
  • La vésicule biliaire a perdu de sa tonicité
  • Le fonctionnement du sphincter d’Oddi se fait par spasme (en cas de tensions nerveuses)

Le bon fonctionnement du foie et de la vésicule biliaire est silencieux. Sinon il se manifeste de différentes façons :

  • Des troubles digestifs
  • Des intolérances alimentaires (oeufs, crèmes, …)
  • Nausées, vertiges
  • Migraines
  • Gaz intestinaux
  • Pesanteur
  • Teint jaune

Les draineurs hépatiques et biliaires

Les fruits et légumes

Voici des exemples de fruits et légumes qui favorisent le filtrage du foie et l’élimination de la bile : ananas, cassis, cerise, fraise, asperge, carotte, artichaut, radis noir, pissenlit, etc.

Les plantes hépatiques et cholérétiques

Les plantes hépatiques stimulent la sécrétion de bile. Exemple : chardon marie, radis noir, desmodium, romarin, …

Les plantes biliaires et cholagogues

Ces plantes facilitent l’évacuation de la bile, par exemple : romarin, boldo, chicorée sauvage, curcuma, verge d’or, menthe poivrée, …

Autres draineurs naturels

  • La bouillotte : la chaleur rétablit le fonctionnement normal du foie
  • Le massage des zones plantaires réflexes

L’émonctoire rénal

L’urine est le résultat de la filtration du sang par les reins. Elle est composée de 95% d’eau et le reste sont des déchets organiques (acide urique, urée, sels minéraux, …) qui doivent être éliminés au quotidien.

Les facteurs d’une bonne épuration du sang par les reins sont les suivants :

  • La qualité de la membrane filtrante
  • La concentration des déchets dans le sang
  • La nature des déchets
  • La pressions sanguine (il y a un problème en cas d’hypertension)
  • La débit circulatoire : plus ce débit est grand et plus le sang est épuré
  • La température : signe d’un bon ou mauvais fonctionnement rénal

En dehors de l’analyse d’urine en laboratoire, il est possible d’évaluer notre fonctionnement rénal par des moyens simples :

  • Le volume des urines en fonction de la fréquence des mictions
  • La couleur des urines
  • L’odeur
  • Les douleurs à la miction
  • Le test de bleu de méthylène : après avoir pris ce colorant inoffensif par voie orale, les premières mictions devraient être bleues foncées et les suivantes plus claires.

Les draineurs rénaux

On utilise des diurétiques pour stimuler le travail de filtrage et d’élimination des reins. Les facteurs d’efficacité des diurétiques sont les suivants :

  • La quantité de liquide éliminée est supérieure à la quantité de liquide ingérée
  • La fréquence de miction augmente
  • Les urines sont plus colorées car plus chargées en déchets

Les diurétiques chimiques

Ils sont à éviter car ils abiment les reins

Les diurétiques végétaux

Ils ont une action profonde et durable et peuvent être utilisés en cure prolongée.

Les fruits et légumes : cerise, melon, pêche, pomme, artichaut, asperge, céleri, chou, fenouil, poireau, etc.

Les plantes médicinales : aubier de tilleul, bruyère, reine-des-prés, piloselle, etc.

Autre draineurs naturels

  • La cure d’eau
  • Les cataplasmes d’argile et de chou sur les reins
  • Les massages des zones réflexes plantaires

L’émonctoire cutané

La peau est un organe de protection qui sert à la thermorégulation, à la sécrétion et à l’excrétion. Elle a une fonction sensorielle.

Composée de plusieurs couches (hypoderme, derme et épiderme), la peau comporte deux sortes de glandes.

Les glandes sébacées qui sécrètent du sébum servant à lubrifier la peau.

Les glandes sudoripares, comparables à des petits reins, qui interviennent dans l’élimination de la sueur. Leur fonctionnement est bon quand, sous l’effet de la chaleur ou d’un effort physique, la peau devient moite et sue.

Le fonctionnement de ces glandes est mauvais quand l’odeur est forte. Cela signifie que les déchets s’évacuent mais que cependant l’équilibre entre la production des toxines et leur élimination est rompu. De plus, lorsque l’élimination des toxines dépasse la capacité des glandes, cela aboutit à de l’eczéma, de l’urticaire, des boutons, etc.

Les draineurs cutanés

Ils permettent de provoquer de fortes éliminations par sudation. Les draineurs cutanés sont :

  • La friction sèche avec un gant de crin, une brosse
  • L’exercice physique
  • Le bain chaud
  • Le bain de vapeur
  • Les enveloppements chauds
  • Le bain de soleil
  • Le massage roulé

Les fruits et légumes

Certains ont une action bénéfique pour la peau. Exemple : amande, noix, citron, artichaut, concombre, persil, etc.

Les plantes médicinales

Bardane, pensée sauvage, camomille, sureau, etc.

L’émonctoire pulmonaire

Les voies respiratoires peuvent être utilisées quand les émonctoires principaux (foie, intestins, reins) n’arrivent plus à épurer le sang.

Les déchets qui s’accumulent dans les voies respiratoires sont responsables des maladies respiratoires et seront sources de proliférations virales et bactériennes.

Les voies respiratoires fonctionnent normalement quand la respiration est libre et dégagée.

Les signes d’un mauvais fonctionnement respiratoire sont : nez bouché, écoulement nasal, toux, encombrement en cours d’exercice, essoufflement.

Les draineurs pulmonaires

L’expectoration volontaire

Cette technique est facilité par la prise de plantes fluidifiantes.

L’essoufflement

Cette méthode rééduque le système respiratoire et favorise la circulation du sang.

Les plantes médicinales

Il y a plusieurs principes actifs intéressants. Les plantes peuvent être :

Expectorantes : elles provoquent l’expulsion des muqueuses.

Béchiques : elles facilitent l’expectoration et calment la toux.

Balsamiques : adoucissent les muqueuses irritées

Fluidifiantes : fluidifient les déchets pour qu’ils soient mieux expectorés

Les plantes peuvent être administrées par voie interne (infusions, gouttes) ou externe (inhalation d’huile essentielle : eucalyptus, pin sylvestre, serpolet, thym).

Autres draineurs naturels

Le massage des zones plantaires réflexes

Le drainage auriculaire

Bien que les oreilles ne soient pas des organes spécialisés dans le filtrage et le drainage, il existe cependant un procédé qui montre une certaine efficacité à drainer les déchets stagnant : la bougie auriculaire.
Ces bougies aspirent l’excès de cire dans les conduits auditifs et stimulent l’activité des glandes sudoripares et sébacées qui reprennent leur travail d’élimination. Les circulations sanguines et lymphatiques sont renforcées dans l’oreille interne.

Le drainage du système lymphatique

Le système lymphatique est une voie d’élimination très importante, en rapport avec les humeurs et la défense de l’organisme. Les ganglions lymphatiques (cou, aisselle, aine) sont des stations de filtrage servant à la défense de l’organisme en cas d’infection.

Plusieurs procédés permettent de drainer le système lymphatique :

  • Le jeûne sec est efficace pour épurer la lymphe mais il est délicat à manier
  • Le massage Vodder (ou drainage lymphatique manuel)
  • Le massage des zones réflexes du pied

Les dérivations

Notre métabolisme va toujours faire en sorte de garder notre milieu humoral le plus propre possible, soit en expulsant les déchets par les émonctoires naturels, soit en créant une déviation vers un autre émonctoire si le premier est saturé (c’est le transfert morbide ; ex : eczéma et asthme).

La dérivation est une technique qui consiste à utiliser la capacité de l’organisme à éliminer en même temps un même type de déchets par plusieurs portes de sorties.

Les différents types de déchets

Il existe deux types de déchets.

Les colles sont des déchets non solubles dans les liquides (glaire, mucosité, etc.). Leur élimination se fait par différents émonctoires : le foie, les intestins et les glandes sébacées. Les poumons et l’utérus sont des émonctoires de secours. Ces éliminations se caractérisent par des rhumes, bronchites, acnés, eczéma coulant, … qui sont des « maladies de colle ».

La sédentarité ainsi qu’une alimentation trop riche en sucre et en graisse sont à l’origine des colles.

Les cristaux sont des déchets solubles dans les liquides et des résidus des protéines (acide urique, urée). Ils s’éliminent par les reins et les glandes sudoripares. Ces éliminations sont caractérisées dans les rhumatismes, les sciatiques, névrite, calculs, eczémas secs, néphrite, … qui sont des « maladies cristalloïdales ».

Un alimentation trop riche en protéines et sucres raffinés est à l’origine des cristaux.

La pratique des dérivations

Le but de la manoeuvre est d’ouvrir largement une autre porte de sortie de façon énergique grâce à un draineur. Les émonctoires utilisés seront toujours les même : les glandes sébacées et le foie.

On utilise les dérivations pour différentes raisons :

  • La supériorité des émonctoires principaux
  • Le soulagement occasionnel d’un organe surmené
  • La protection des organes interne d’un surcroît de travail
  • La proximité de l’élimination du lieu du trouble (ventouse)

Le désincrustant des déchets profonds

Le désincrustage

Déchets circulants et déchets imprégnés

Les déchets concernés par le désincrustage se trouvent dans les profondeurs des tissus. On distingue les déchets circulants, où la circulation se fait à un rythme rapide (intestins, urine, sang), des déchets imprégnés, où la circulation est plus lente (lymphe) et stagnent dans les profondeurs des tissus où ils sont plus difficiles à déloger.

Les crises curatives

Ce sont des crises de nettoyage rencontrées lors de jeûnes, de monodiètes ou de drainages intensifs. Les toxines remontent parfois à la surface de façon intuitive et obligent les émonctoires à travailler à un rythme accéléré pour les éliminer.

Il est souvent préconisé des drainages doux pendant un ou deux mois avant une cure de désincrustage bien qu’en règle générale ces crises curatives soient bien supportées et ne présentent aucun danger.

Les techniques de désincrustage

Le jeûne

Pendant la période de jeûne, le corps va absorber ses propres tissus : c’est l’autolyse. Des enzymes attaquent tous les déchets et les dégradent sur place.

Fabricant moins de déchets qu’il n’en supprime, l’organisme a donc la possibilité de se débarrasser de déchets repoussés dans les profondeurs tissulaires. C’est la mise à jour éliminatoire. Cela va s’accompagner d’une régénération tissulaire qui est due au repos offert à l’organisme pendant ce jeûne. Ce dernier va s’opérer en trois étapes :

  1. L’entrée du jeûne : s’assurer de l’ouverture des émonctoires et diminuer la quantité d’aliments.
  2. Le jeûne en lui même : le jeûneur ne consommera que de l’eau et restera actif. La durée de cette période dépend des capacités personnelles et de l’état du jeûneur.
  3. La sortie du jeûne : reprise alimentaire progressive avec des fruits et des légumes.

Les diètes

Les diètes sont des régimes caractérisés par des restrictions alimentaires. Elles ne sont à envisager que sur de courtes périodes. La restriction peut être qualitative ou quantitative sous différentes formes ; ex : monodiète, régime restrictif.

Les régimes restrictifs

Les régimes à restriction quantitative sont :

  • Le régime pesé
  • Le régime basse calorie
  • La suppression d’une repas
  • Le régime des trois aliments par repas

Les régimes à restriction qualitative sont :

  • Le régime végétarien
  • Le régime crudivoriste
  • Le régime dissocié pour les problèmes de poids
  • Le régime hypo-azoté (pauvre en protéines animales)
  • Le régime hypolipidique
  • Le régime sans sel

La monodiète

La monodiète consiste à ne consommer qu’un seul aliment : jus de légumes, fruits, céréales, …

Cette diète très stricte est à faire sur un temps déterminé qui varie en fonction des besoins et des dispositions de chacun.

Exemples : 2 jours par semaine pendant 1 mois ou 1 repas par jour pendant 10 jours.

La digestion étant simplifiée, l’autolyse, l’élimination et la régénération tissulaire est rapide.

L’effort physique intense

L’effort physique entraîne une combustion des réserves énergétiques, stockées dans les tissus, par oxydation, là où la sédentarité entrave l’élimination des toxines.

Le bain hyperthermique

Il montre son efficacité pour drainer et désincruster le terrain organique.

Les cataplasmes d’argile

Les cataplasmes d’argile sont utilisés pour désincruster les déchets organiques, même ceux logés en profondeur.

Les cataplasmes de feuilles de chou

Le chou aspire les déchets plus profonds et cède à travers la peau ses minéraux.

Rétablir son terrain

Je suis bien conscient que nous avons vu un catalogue non exhaustif de ce qui peut être envisagé dans le cadre des drainages et des désincrustages sans plus d’explications que cela sur certaines des techniques proposées.

Il s’agit bien ici d’une approche générale de ce qui peut être envisagé.

Certains articles de ce blog ont approfondit (exemple des régimes) la plupart de ces techniques, et d’autres articles sont en prévisions pour en aborder d’autres.

Il est préférable de vous faire suivre par un naturopathe qui sera bien vous conseiller sur la façon de se détoxiquer en fonction de vos singularités. Bien que la démarche de détoxication nous fasse sortir de notre confort dans notre quotidien, quelque soit la (ou les) technique(s) utilisée(s), il faut prendre la mesure du bien être à moyen et à long terme d’avoir pu purifier son corps afin d’éliminer tous éléments responsables de nos petits comme de nos grands maux, car les conséquences peuvent parfois être sérieuses (diabète, cancer, …). La cure de détoxication n’est pas la solution à nos problèmes mais bien qu’une petite étape qui sera suivi d’une bonne hygiène de vie autour, essentiellement, de l’alimentation, l’activité physique et le maintien d’un équilibre mental.

📚

« L’équilibre est le secret de la vie. Et l’absence d’équilibre est la destruction de la vie. », Hazrat Inayat Khan

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s