La Voie du Guerrier Pacifique, une pratique de chaque instant

Dans un précédent article consacré à quelques lectures, je mentionnais le roman de Dan Millman intitulé : le Guerrier Pacifique. Ce roman initiatique m’a particulièrement marqué et j’ai voulu approfondir la démarche « guerrière » que l’auteur nous dévoile dans ce roman autobiographique.

Je vous invite donc à découvrir, en partie, la méthode expliquée de Dan Millman pour emprunter la Voie du Guerrier Pacifique.

Un guerrier pacifique

Dan Millman, né en 1946, a été champion du monde de trampoline à Londres en 1968. Il fut co-capitaine de l’équipe de gymnastique de la NCAA California University, entraîneur de gymnastique de l’Université de Stanford, professeur d’éducation physique à Oberlin College et est professeur d’arts martiaux.

Après une quête spirituelle de prêt de 20 ans, l’auteur a développé un moyen de développement personnel qu’est la « voie du guerrier pacifique » qu’il enseigne à travers des stages, des séminaires et ses écrits.

Son premier roman, « le guerrier pacifique » (Way of the Peaceful Warrior, 1980) fut traduit en français et édité en 1985. D’autres livres paraîtrons à partir des années 90. C’est en 1992 que sera édité « No Ordinary Moments : A Peaceful Warrior’s Guide to Daily Life » qui sera traduit plus tard en français sous le titre que je vous présente dans cet article.

Une invitation à agir

Tout d’abord, lisons la fin du livre ! Nous avons une table des matières ainsi qu’une liste des exercices qui seront proposés tout le long du livre au fur et à mesure des thèmes abordés. Dans le même registre, un appendice est consacré au résumé d’une semaine type de l’individu voulant s’orienter vers cette voie. C’est dans ce contexte que nous avons réellement à faire à une méthode de développement personnelle qui nous invite à agir afin de mettre en pratique ce que propose l’auteur.

Qu’est ce qu’un guerrier pacifique ?

Il s’agit d’un combattant. Mais il fait parti de ceux qui se consacrent à combattre l’adversaire le plus redoutable qu’il soit : lui-même !

Chacune et chacun d’entre nous avons le potentiel d’un guerrier pacifique. L’auteur entend par combattre lui-même toutes les pensées qui encombrent notre esprits, nos suppositions, nos préjugés, nos peurs, notre subjectivité de façon générale. L’objectif est d’arriver à trouver un équilibre entre les obligations de notre vie autant personnelles que professionnelles tout en étant présent pour tout ceux et celles qui nous entourent. Pour améliorer notre environnement, nous sommes invités à nous améliorer avant toute chose et à maintenir cet état de paix et d’amour en nous pour que notre entourage en profite et que cette « contagion » puisse se répandre.

Quelques préalables

Un des concepts que l’on retrouve dans l’ensemble du livre est la notion des 3 Moi : le Moi basique (le subconscient), le Moi conscient (ou égo) et le Moi supérieur (ou le Moi spirituel).

Le Moi basique (le subconscient)

Il s’agit de notre sagesse corporelle car il est en lien avec notre corps physique, nos sensations, notre intuition, notre instinct. Le Moi basique est sensible à toutes suggestions (hypnose, visualisations, affirmations), aussi bien positives que négatives. De ce fait, nous aurons plus ou moins d’énergie en fonction du milieu (favorable ou défavorable) dans lequel nous vivons par exemple. Nous pouvons nous suggérer des choses positives et ainsi agir sur l’amélioration du Moi basique.

Le Moi conscient (L’égo)

Il s’agit du centre de la logique, de la raison, et il nous permet d’apprendre de façon consciente pour répondre aux nécessités de la vie. Un fonctionnement normal de ce Moi permet au Moi basique d’être guidé, éduqué et rassuré. Dans le cas contraire, il dévalorise le Moi basique à l’aide de la logique qui nous sépare de notre intuition et de nos ressentis, risquant d’effacer toute vitalité, plaisir, et à terme, détériorer notre santé. L’objectif du guerrier pacifique va être de définir les limites de notre égo pour que notre subconscient puisse s’exprimer.

Le Moi supérieur (Moi spirituel)

Cette partie de nous nous serre d’entraîneur et est le siège de qualités telles que l’amour, le courage, la compassion, le désintéressement, la sagesse, etc. Ce Moi chapeaute le Moi conscient en le laissant libre de ses choix. Bien que les autres Moi suffiraient à avoir une vie équilibrée, le Moi supérieur donne une dimension particulière qui nous permet d’atteindre un état supérieur de conscience autour du sentiment d’amour notamment.

La méthode

L’objectif de mon propos est de vous exposer les principaux thèmes de la méthode de l’auteur. Ce dernier l’a développé en cinq parties.

1 – « La voie du guerrier pacifique »

Cette première partie nous fait le descriptif du but à atteindre en suivant les principes de vie du guerrier pacifique. L’auteur compare le guerrier à l’enfant de deux mois que nous étions avec la souplesse, la décontraction et la liberté d’esprit qui le caractérise tout en ayant le vécu qui correspond à notre âge actuel. Il développe ainsi les différents aspects de cette voie en soulignant les notions de corps, esprit et émotions. Les 3 Moi (décrits plus haut) sont aussi à l’honneur ainsi que le courage et l’amour, le principe de passer à l’action autant que faire se peut, la concept d’ombre et de lumière, et notre « bataille » que nous devons livrer à l’intérieur de nous même.

Pour mettre quoique se soit en place, nous sommes invités à faire un bilan sur notre quotidien. Comment affrontons-nous les hauts et les bas ? Comment appréhender une vie simple ? Comment utiliser notre quotidien pour emprunter cette voie ? Quelle place pour nos relations intimes ? Comment « s’entraîner » au travail ? Que nous renvoie notre corps ? Quels sont nos choix et à quoi nous ont-ils conduit ?

Afin de clôturer cette partie, l’auteur évoque ce que devrait être la vision de l’adversité du point de vue du guerrier. À titre d’exemple, il met en avant les bons côtés de l’adversité, la façon d’aborder nos douleurs, d’accepter les cycles naturels. Il aborde des sujets parfois sensibles comme les enseignements que l’on peut tirer de la mort ou de la séparation d’êtres chers. La finalité de ces derniers points est de considérer que quoique puisse être la situation, nous avons toujours le pouvoir de choisir notre attitude et notre façon de réagir.

2 – « Sur le sentier de la montagne »

L’auteur compare aisément la vie que l’on traverse à une montagne que nous devons gravir pour rejoindre le sommet. Quel sentier allons-nous utiliser ? Quelle façade de cette montagne allons-nous escalader si besoin est ?

Quelque soit ce chemin, la réalité de notre vie dépendra de la perception qu’on aura d’elle. Afin que celle-ci soit la plus positive possible, Dan nous expose sa recette.

Tout d’abord il propose une règle de la loi naturelle en 8 points :

  1. Nous n’avons qu’un corps et c’est pour la vie
  2. Nous apprenons en permanence
  3. Les leçons nous apparaissent souvent comme des « erreurs » ou des « échecs »
  4. Une leçon sera répétées jusqu’à ce qu’elle soit apprise
  5. Si nous n’apprenons pas les leçons faciles, elles deviennent plus difficiles
  6. Nous saurons que nous avons assimilé une leçon quand nos actions changeront
  7. Nous avons tendance à oublier ces règles
  8. Nous pouvons nous les rappeler quand nous le voulons

Ensuite il aborde la notion d’éveille. Par là, il entend notre perception des choses dénuées de tous ces filtres subjectifs que sont nos pensées, nos croyances, etc, afin de voir notre entourage de la façon la plus objective qu’elle soit. Il détaille ainsi nos tendances à faire semblant avec le danger que comportent nos illusions. Il s’arrête sur les notions d’effets à court et à long terme. Nous avons tendance à rechercher les bénéfices à court terme mais quand est-il des effets à longs termes de nos choix ?

Un court passage est consacré à notre corps et les bienfaits d’un entraînement physique. Cette activité ayant le mérite de nous rapprocher d’une réalité objective de la vie définie par nos limites physiques.

Tout un chapitre est dédié aux dépendances. L’auteur donne des principes généraux autour de leurs fonctions « libératrices » de l’énergie du corps. Imaginez l’énergie vitale qui circule dans votre corps de haut en bas tel l’eau dans un tuyaux d’arrosage. Si vous mettez des obstacles au bon écoulement de cette eau, vous allez créer une hyper pression liée à l’accumulation de liquide. Il en est de même avec l’énergie qui peut s’accumuler à la suite d’une contrariété, une douleur physique, … Pour libérer ce trop plein d’énergie, nous allons utiliser différentes méthodes en fonction de chacun. Cela peut être un rapport sexuel, faire du sport, consommer de l’alcool, un stupéfiant, une cigarette, etc. Ces exutoires sont répertoriés par Dan et il en fait un descriptif afin d’en expliquer les mécanismes. L’objectif est que chacun de nous puisse connaître ses dépendances pour mieux les combattre. Il nous propose ensuite des moyens pour les gérer puis les surmonter.

Le problème des dépendances interroge sur la notion de vouloir changer. Dans cette démarche l’auteur met l’accent sur le fait que tout changement se fait en soi-même, non à l’extérieur, et qu’il faut que cela se fasse par l’action en mettant en place de nouvelles habitudes de vie. La fin de cette seconde partie va donc être l’occasion de développer tous les processus à connaitre et à mettre en place pour aborder un changement dans nos « mauvaises » habitudes.

3 – « Des outils de transformation »

Cette troisième partie nous donne des outils pour réaliser les changements que nous devons opérer pour être mieux avec nous-même, puis avec le autres.

Tout d’abord, nous sommes invités à reprendre contact avec notre corps de la façon la plus basique qui soit. Un des exercices consiste d’ailleurs à s’interroger sur l’image que l’on a de son corps dans ses moindres détails. L’objectif va être de nous faire prendre conscience que notre corps est la seule maison dans laquelle nous sommes obligés de vivre. La question va alors être de comment l’entretenir ?

L’auteur nous propose des pistes en y allant tout en douceur. Et si nous commencions par rentrer d’avantage en contact avec la nature ?

Puis nous allons être orienté vers l’alimentation et comment nous devons aborder de façon consciente notre rapport à la nourriture, avec les grands principes de l’équilibre alimentaire.

L’exercice physique est aussi un outil largement abordé et expliqué dans cette partie ainsi que d’autres activité en lien avec le travail corporel tel que l’automassage, les étirements et la respiration. Un bref descriptif sera consacré aussi à la posture de notre corps qu’il est préférable d’adopter.

Après le corps, passons à l’esprit. Dans ce chapitre, l’auteur prend le temps de développer le fonctionnement de notre mental et les difficultés autour de la subjectivité qui nait du flot de pensées de nos esprits. Une grande partie est dédiée à la méditation. Le point d’orgue de son propos étant qu’il faut se focaliser sur le moment présent afin de vivre pleinement sa vie.

Le dernier chapitre de cette partie s’attarde sur les émotions et donne des explications ainsi que des clés pour les reconnaître et les gérer. Après avoir défini les trois émotions clefs (la peur, le chagrin et la colère), il nous donne le moyen de débloquer les situations de frustration, de déni ou encore de tension à travers différentes méthodes dont la respiration est un exemple.

4 – « Le combat intérieur »

De loin, une des parties les plus difficiles à aborder puisqu’il s’agit de faire face à nos propres démons.

Dans un premier temps, Dan nous invite à nous interroger sur l’image que nous avons de nous. Celle-ci a souvent été formée dès notre plus tendre enfance et peu nous bloquer dans nos entreprises personnelles comme professionnelles. Différentes méthodes, comme la visualisation par exemple, peu nous aider à rebâtir une image de nous plus valorisante afin de réduire les limites que nous nous imposons.

Au-delà de l’image, certaines valeurs sont mises en avant telles que le travail, la persévérance et la concentration. Toute personne peut atteindre un haut niveau de compétence de cette manière sans pour autant avoir de « talent » particulier. Une des méthodes de Dan est de jouer le ou les rôles des personnes que l’on veut être.

Le chapitre suivant traite du sentiment de sa valeur personnelle et de la façon dont on peut se hisser dans la vie comme on peut « se saboter » les différents moments clés de cette dernière. L’auteur nous invite à nous interroger sur la valeur que nous nous donnons et nous propose des moyens de nous valoriser. Une étape de cette valorisation passe par le pardon pour nous-même et notre passé plus ou moins heureux, mais aussi par le pardon autour de nous par extension. Rendre service est aussi un très bon moyen pour remonter notre moral et se valoriser.

Dans ce dernier chapitre de cette partie consacrée à notre combat intérieur, l’auteur traite de ces excuses qui nous freinent dans nos entreprises, même les plus insignifiantes. Notre « logique » réduit notre champs d’action. En détaillant les mécanismes réducteurs et leur fonctionnement, Dan nous livre quelques exercices pour nous en libérer et accomplir notre « exploit » personnel.

5 – « L’épanouissement »

Après se profond travail sur nous même, vient la recherche de l’épanouissement.

Dans ce premier chapitre, il va être question de la notion d’amour et de notre attitude par rapport à cette recherche. L’auteur nous défini cette notion de façon la plus exhaustive possible et détaille les actions qu’il est possible de faire au quotidien pour développer ce sentiment et en faire sien.

La petite soeur, le « bonheur », vient juste après. Dan nous donne les ficelles pour que cette démarche de recherche du bonheur se fasse au quotidien. Il n’y a pas de nécessité ou de raisons qui doivent définir ou contrôler notre bonheur. La simple envie d’être heureux doit être suffisante. Pour se faire, il nous explique quelques mécanismes et exercices à appliquer. La place de l’humour est essentielle dans la mise en place de notre bonheur.

Pour finir, ce dernier chapitre reprend les propos de Socrate, le mentor de Dan, qui évoquait l’importance d’être ici et maintenant. Cette partie je vous laisse la découvrir par vous-même 😉.

Et maintenant ?

Je le disais au début, cette méthode nous invite à passer à l’action. L’auteur nous propose plus de 50 exercices, la plupart du temps simples à mettre en place, afin que nous puissions nous orienter dans une démarche de prise de bonnes habitudes et ainsi améliorer notre bien-être. L’appendice reprend les grandes lignes du livre et résume les pratiques quotidiennes qu’il est bon de faire dans cette démarche.

À titre personnel, je me retrouve beaucoup dans cette voie du guerrier pacifique et ma pratique des arts martiaux n’est pas forcément étrangère à ma position, bien qu’il ne soit pas nécessaire d’être un « combattant » pour s’engager dans la démarche.

L’auteur est explicite sur cette voie : le guerrier pacifique est en chacun de nous et toute personne en est potentiellement un. La citation suivante qui apparaît dans ce livre peut résumer les grandes lignes de cette voie en quelques mots.

📚

 « L’univers est ma voie.
L’amour est ma loi.
La paix est mon abri.
L’expérience est mon école.
L’obstacle est ma leçon.
La difficulté est mon aiguillon.
La douleur est mon avertissement.
Le travail est ma bénédiction.
L’équilibre est mon attitude.
La perfection est mon destin. »
Guillermo Tolentino.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s