Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études

Dans le cadre du développement personnel, nous trouvons beaucoup d’auteurs anglophones.

Aujourd’hui je vais vous parler d’un français et évoquer un de ses livres.

Lors de mon article sur l’art d’aller à l’essentiel, j’y faisais déjà référence car il a repris le blog « Zen Habits » de Leo Babauta pour traduire en français les articles les plus porteurs dans son blog « Habitudes zen ».

Il s’agit d’Olivier Roland.

Quelques mots sur l’auteur

Dans les années 90, Olivier a quitté le lycée à 18 ans pour créer son entreprise sans le moindre diplôme. À 19 ans, il est chef d’entreprise et passe un temps fou à maintenir son entreprise à flot (comme beaucoup de jeunes entrepreneurs). Puis la lecture de « la semaine de 4 heures » de Tim Ferriss créé un déclic.

Il se lance dans le blogging professionnel et développe ce concept. Progressivement il se sépare de sa première entreprise.

Il a actuellement quatre blogs, sa chaîne Youtube, il fait des conférences à travers le monde tout en voyageant six mois de l’année avec des revenus confortables … et il nous donne la recette de sa réussite.

Vers la voie du rebelle intelligent

Dès le départ, le livre met l’accent sur la nécessité d’être interactif avec ce qui est proposé dedans. Nous sommes invités à appliquer dès que possible (et parfois même immédiatement) ce qui nous est proposé. La prise de note semble un minimum tout au long de la lecture.

L’auteur nous invite à être acteur de notre éducation, de nos connaissances et de notre temps.

Il développe 3 principes majeurs qui peuvent nous servir toute notre vie et dans toutes nos activités autour des concepts de proactivité, de méthodes efficaces car scientifiquement prouvées et simples à mettre en place, ainsi que l’application de la « loi de Pareto ».

Le but est de nous inviter à devenir un « rebelle intelligent ».

La loi de Pareto : un incontournable

Je ne peux continuer mon article sans révéler ce qu’est la loi de Pareto car tout le reste de l’ouvrage se base sur ce principe.

Il faut retenir que dans vos actes de la vie quotidienne, votre travail, vos loisirs, …, 80% des résultats que vous obtiendrez proviennent de 20% de vos actions. Dans le même registre, une entreprise gagne 80% de ses revenus avec 20% de ses clients, 80% de vos soucis proviennent de 20% de votre entourage, etc. À partir de ce principe, nous pouvons faire un bilan de ce qui marche et ne marche pas dans notre vie actuelle afin de faire un « petit » ménage (20%) autour de nous pour aller à l’essentiel.

Apprendre en s’amusant et efficacement

Cette vaste première partie fait le comparatif entre le système classique qui nous est proposé en France actuellement et d’autres possibilités, notamment avec le développement de l’informatique, d’internet et des nombreux outils de communication désormais à notre portée.

Après avoir dressé un tableau peu valorisant sur les limites de notre système éducatif plutôt sclérosé nous amenant vers un profil métro-boulot-dodo, ou encore à participer à une « course de rats », Olivier nous donne les clefs pour « hacker son éducation ».

Le principe est donc de se prendre en main pour apprendre, tout le long de sa vie, à son rythme, de façon libre et efficace afin de vivre heureux … oui, mais comment ?

Développer ses capacités cognitives

Il existe de nombreuses méthodes qui sont plutôt simples à mettre en place et qui donnent des résultats.

Nous sommes invités à faire l’essai du Dual N-Back par exemple sur un mois pour améliorer notre mémoire de travail et notre QI. Des logiciels et applications de jeu vous mettent à l’épreuve tout en vous amusant (Luminosity, Lumosity, …). Le travail de la méditation améliore, entre autres choses, la concentration. L’exercice physique pratiqué un peu tous les jours vous apporte de l’énergie. Et que diriez-vous de vous mettre à un instrument de musique ne serait-ce que 15 minutes par jour ?

Apprendre et retenir

L’auteur nous dresse un tableau des techniques qui ont fait leurs preuves à l’issue d’études comparatives. L’importance des répétitions espacées du contenu de votre apprentissage (évoqué à travers l’application AnkiApp présenté dans un précédent article), comme la présentation sous forme de jeu vous facilite grandement la tâche.

Il nous donne aussi les grandes lignes pour apprendre une langue étrangère et l’importance de maîtriser l’anglais notamment.

Il évoque aussi la mnémotechnique sous deux formes afin de faciliter l’assimilation de connaissances (ex : mais-ou-et-donc-or-ni-car !).

Et pour finir, il nous est proposer de faire une « diète médiatique ». Il s’agit de faire l’impasse sur les média généralistes qui nous bombardent d’informations qui nous submergent et nous empêchent de nous accomplir. À la place, choisissons nos médias et nos sources.

Booster sa volonté

Les bonnes résolutions ne sont bonnes que si elles sont appliquées. Difficile d’avoir suffisamment de motivation pour atteindre ses objectifs. Olivier nous donne de nombreuses pistes pour entretenir sa volonté au quotidien.

Il définit les critères permettant de tenir ses objectifs (ex : S.M.A.R.T.), l’importance du sport et de la méditation (encore une fois), la mise en place de rituels, l’aménagement de notre environnement, quel est le moment idéal pour effectuer certaines tâches et quelles aides extérieures il nous est possible d’obtenir pour maintenir nos engagements.

Apprendre à apprendre

Pour apprendre, il faut aussi enseigner ou partager nos connaissances, et pourquoi pas à travers un blog ?

Il conseille aussi un travail régulier en petite quantité, résumer l’essentiel 30 secondes après une leçon et veiller à avoir de bonnes nuits. Pour cette dernière étape, il donne différentes techniques pour que nos nuits soient réparatrices : éviter les lumières vives (une à deux heures avant de dormir), avoir un petit carnet de notes à côté de soit ou encore avoir une chambre entre 15 et 19°C sont des exemples qui permettent de passer une bonne nuit.

Apprendre tout et n’importe quand

Ce chapitre donne de nombreux exemple des possibilités qui nous sont offertes, à travers les livres et l’informatique, de développer nos connaissances et nos compétences, même dans des domaines pointus. Je vous laisse le découvrir.

Entreprendre

Cette seconde partie, très importante dans son contenu, nous révèle toutes les étapes progressives vers la réalisation d’une entreprise.

Mais avant tout pourquoi vouloir entreprendre ? Olivier nous donne 12,5 raisons de le faire ! Je vous laisse le soin de les découvrir par vous-même.

Pour le reste, je vais tâcher de faire ressortir les principes clefs de la vision de l’auteur.

La peur est mauvaise conseillère

L’échec n’est pas si fréquent qu’on le pense et l’auteur démonte les croyances autour du risque de faillite, des difficultés financières et de la sécurité de l’emploi.

Une entreprise sous quelle forme ?

Il est important de définir un objectif autour de l’entreprise. Souhaitez vous créer un empire ou une entreprise pour un certain style de vie ? Dans les deux cas, l’échec est possible, mais la réussite est tout aussi envisageable avec de bonnes méthodes et une bonne approche.

Être « proactif »

L’auteur insiste sur la nécessité de se concentrer sur les choses sur lesquelles nous pouvons agir (notre quotidien de façon générale) contrairement à celles où nous ne pouvons rien y faire (la politique d’un gouvernement par exemple).

Puis agissons avec l’imperfection qui nous caractérise toutes et tous, sans complexe, surtout quand on débute.

L’auteur parle de la méta-persévérance, c’est à dire qu’il faut persévérer dans ses objectifs tout en envisageant les différentes méthodes pour y arriver. Pour cela il conseille de nous entourer de personnes qui sont dans la même démarche que la notre.

Pour finir, la chance est vue comme une compétence qui s’obtient avec du travail. Il nous donne la ligne directrice pour la développer.

Avoir l’idée autour de nos compétences et nos passions

Olivier nous demande de faire deux listes : une concerne 10 de nos passions et l’autre 10 de nos compétences. Ensuite à nous de voir le potentiel économique de ce qui ressort de ces listes car cette étape est cruciale.

Pour trouver une idée d’entreprise, l’auteur nous invite à nous pencher sur tout ce qui fonctionne et tout ce qui ne fonctionne pas dans le quotidien de tout à chacun. De cette façon, il peut apparaître une idée de service qui fait défaut à l’heure actuelle.

Pour finir, Olivier nous propose de voyager dans le temps pour notre idée d’entreprise ! Je vous laisse la surprise de cette révélation.

Une entreprise scientifique

Différents outils peuvent nous permettre de mesurer l’efficacité de notre modèle d’entreprise. Pour cela, il n’est pas nécessaire de dépenser des fortunes ou d’y passer un temps énorme.

Nous pouvons ainsi faire une étude de marché sur internet, mettre en place un « aimant à clients », définir des avatars de nos futurs clients, mettre en place des sondages, des tests A/B, vendre notre produit avant sa création, etc.

Dès que nos ventes s’annoncent suffisantes, la création du produit est de mise tout en tenant compte des retours des premiers utilisateurs pour son amélioration progressive.

D’autres conseils sont dispensés, et nous sommes invités à toujours réfléchir au pourquoi de notre entreprise et de nos produits.

Questions à long terme

La création doit-elle se faire seul ou à plusieurs ?

Pour réduire les risques financiers, l’auteur nous oriente vers les moyens de financement avant même de faire appel à une banque.

Le choix de la structure juridique à toute son importance aussi pour différencier vos biens personnels de vos biens professionnels.

Au stade du démarrage, se verser un salaire n’est pas une priorité et il est important de se focaliser sur la vente jusqu’à obtenir une certaine rentabilité.

Le marketing indispensable ?

Parfois mal perçu, le marketing est néanmoins indispensable pour optimiser nos ventes.

L’auteur va nous exposer, entre autres choses, sur des techniques telles que le SPIN Selling, le up-selling, le cross-selling et/ou encore le down-selling.

Il sera bon aussi de proposer des partenariats avec des entreprises ayant la même clientèle mais ne se faisant pas concurrence.

Testons notre produit lors d’un webinar. Ceci nous permettra de lancer la vente de ce dernier avec de bons résultats à la clef.

Automatisation et délégation

Olivier Roland met l’accent sur le bien fondé de travailler sur son entreprise et non dans son entreprise. Le fait de travailler sur son entreprise vous libère là où travailler dans son entreprise vous enferme.

Afin de nous libérer, l’auteur nous propose de définir des procédures de fonctionnement de chaque étape de notre entreprise comme si celle-ci devait être franchisée.

Puis, externalisons en faisant appel à des prestataires efficaces et peu couteux, de façon progressive. Olivier nous donne les adresses des entreprises possibles pour cela.

L’automatisation complète de l’entreprise est tout à fait envisageable.

Le funnel de vente

Chaque entreprise a pour objectif de convertir un maximum de contact en prospects, des prospects en clients, des clients en clients réguliers, et de clients réguliers en fans. C’est le principe du funnel de vente (ou encore appelé entonnoir de vente). En utilisant les différents outils de mesure précédemment évoqués, l’amélioration de notre entreprise peut être conséquente.

Travailler pour sa liberté

À titre personnel, le marketing m’a toujours rebuté et la deuxième partie de ce livre a été parfois difficile à lire. Néanmoins, la démarche d’Olivier Roland entre dans un cadre qui va au-delà du simple appât du gain. J’y ai trouvé une méthode et des techniques pour se libérer des contraintes et des travers de notre société. La démarche va vers un gain en autonomie et bien qu’il évoque des exemples d’entreprises tentaculaires, on retrouve aussi des personnes qui ont tout simplement mis en place un système de revenus minimum pour vivre leur passion.

Cet ouvrage est une invitation a devenir plus autonome, à apprendre toute sa vie et surtout à passer à l’action pour ne rien regretter.

C’est un hymne à la vie que nous devons croquer à pleine dent, à condition de nous donner les moyens.

📚

« Il n’est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage », Pericles

Un commentaire sur “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s