Respiration, Relaxation et Exercices Physiques

Ne vous arrive-t-il pas, suite à une forte émotion, de sentir votre respiration s’accélérer, devenir plus courte ? Votre coeur s’emballe-t-il, ou du moins accélère-t-il ?

Parfois, votre journée de travail est tellement harassante et le stress si présent quand il faut tenir vos objectifs personnels et/ou professionnels dans un planning serré. Dans ces moments là, vous pouvez avoir la sensation de manquer d’air.

Il est cependant tout à fait possible de contrôler notre respiration pour améliorer notre quotidien à travers différentes méthodes et activités.

Respiration

Notre appareil respiratoire

Il s’agit ici d’expliquer brièvement notre mécanisme respiratoire.

Les cavités nasales

Tout commence, ou devrait commencer par là. Je dis « devrait » car il nous arrive de prendre notre inspiration par la bouche, or le nez est mieux équipé pour cela. Les fosses nasales sont tapissées d’une muqueuse qui humecte et réchauffe l’air inspiré. Le nez est formé de sorte à filtrer les impuretés qui seront évacuées par les narines.

Le pharynx

C’est le carrefour entre les voies digestives et respiratoires.

Le larynx

Il vient juste après le pharynx et est tapissé d’une muqueuse qui facilite le rejet d’éventuelles poussières. Les cordes vocales sont un de ses replis.

La trachée

Aussi appelée trachée-artère, ce tube de 12 cm de long est le chemin qui conduit l’air vers les poumons.

Les poumons

Ils sont deux. Celui de gauche (constitué de 2 lobes) est moins volumineux que celui de droite (constitué de 3 lobes) car le coeur prend pas mal de place à gauche !

Le poumon est comparable à un arbre à l’envers ou les grosses branches (les bronches) se divisent en plusieurs plus petites (les bronchioles) qui ont de belles feuilles (les sacules alvéolaires). La surface totale de l’ensemble des alvéoles peut atteindre 200 m² environ, à savoir qu’un maxi-trimaran de 30 m de long peut avoir une voilure de 400 à 600 m² de surface en comparaison !

A proximité des alvéoles, nous trouvons des capillaires et des artérioles en nombre. Ces dernières se prolongent sous la forme respective de veinules (puis des veines) et d’artères. Une telle surface permet aux poumons d’avoir une grande capacité pour effectuer des échanges gazeux, à savoir d’oxygéner le corps et d’évacuer les « déchets » (le gaz carbonique = CO2).

Son fonctionnement

Les mouvements respiratoires

L’inspiration

C’est un mouvement actif qui permet l’arrivée d’air dans les poumons. Le muscle principal de l’inspiration est le diaphragme. En se contractant, ce muscle puissant masse les organes et les viscères au niveau de l’abdomen ce qui facilite la circulation du sang au niveau du foie, de la rate et de l’intestin pour ne citer que les principaux.

L’expiration

Le mouvement expiratoire est passif au calme. Cependant elle peut être active si on utilise les muscles expirateurs dans le cas d’une respiration forcée en lien avec l’effort par exemple.

Rythme et capacité respiratoire

Au repos, un adulte a un rythme respiratoire de 16 à 18 respirations par minute. En cas d’effort ou de fortes émotions, ce rythme augmente.

Les poumons ont un volume total de 3,5 l en moyenne. Il reste toujours 1,5 l d’air dans les poumons après l’expiration. C’est le volume résiduel. En pratique, nous inspirons 0,5 l d’air quand nous sommes calme.

Il a été mesuré qu’un mouvement respiratoire long et ample permet un meilleur échange gazeux au niveau des alvéoles et par conséquent un meilleur apport en oxygène.

Les échanges gazeux respiratoires

Au niveau des alvéoles, c’est un lieu de rendez-vous avec les artérioles et les capillaires pour échanger l’oxygène contre du dioxyde de carbone. Les globules rouges vont donc véhiculer cet oxygène vers les organes et vont récupérer le dioxyde de carbone (le « déchet » qui en résulte) pour qu’il soit rejeté au niveau des poumons lors de l’expiration.

Les obstacles à la respiration

De mauvaises habitudes posturales ou des dysfonctionnements musculaires peuvent réduire l’efficacité respiratoire. Ainsi vous pouvez avoir des troubles de la mobilité de vos côtes ou une tonicité musculaire abdominale qui réduit votre capacité respiratoire.

Relaxation

Les techniques de relaxation permettent de « lâcher prise » avec l’environnement extérieur afin de vous recentrer et, par là même, réduire l’activité d’un cerveau « sur-excité ». Les techniques sont nombreuses et peuvent faire appel au ressenti de votre corps (le training autogène de Schultz) comme il est possible aussi de visualiser pour se relâcher (la sophrologie). Vous pouvez apprendre ces méthodes auprès d’un naturopathe afin de les appliquer régulièrement.

Les bénéfices sont nombreux

  • Un cerveau moins actif va focaliser son énergie sur l’auto-guérison.
  • Le système nerveux se relâche et le premier effet est une détente musculaire.
  • Nous récupérons de façon plus efficace qu’avec le sommeil (pourtant réparateur).
  • Notre pouls et notre rythme respiratoire ralentissent. L’oxygénation de notre corps est nettement meilleure.
  • A moyen terme, nous améliorons notre concentration, notre communication et notre mémoire.

Exercices physiques

A l’origine, l’Homme n’est pas sédentaire mais nomade. Il est conçu pour bouger, se mobiliser.

Il y a de nombreux intérêts à pratiquer une activité physique

Intérêt physiologique

La mobilité accélère la circulation de notre lymphe et de notre sang. L’activité permet un auto-massage de nos organes, facilite la digestion et prévient les risques de troubles du transit (la constipation en premier lieu).

Nos articulations se libèrent. Elles sont mieux nourries et entretiennent leur souplesse.

Intérêt énergétique

Le souffle re-dynamise notre être. L’activité en plein air nous remet en contact avec les éléments de la nature.

Intérêt émotionnel

Nous évacuons les tensions et trouvons du plaisir à la pratique de notre activité.

Intérêt mental

Nous nous focalisons sur notre corps et lâchons prise.

Intérêt spirituel

Nous développons une certaine joie et une conscience de nous-même.

Respiration, relaxation et activité physique sont étroitement liés. Il est possible de trouver des activités de loisir qui traitent ces trois points tels que le yoga et certains arts martiaux par exemple. Vous pouvez avoir d’autres activités qui se focalisent sur la respiration et la relaxation (exemple : la méditation) et faire un sport de votre choix en parallèle. Les possibilités sont énormes à notre époque mais il peut être difficile de trouver chaussure à son pied, surtout si on est novice et peu attiré par les activités physiques. Vous pouvez vous faire aider par votre entourage, et le naturopathe peut aussi vous éclairer sur les bonnes pratiques dès qu’il aura fait un premier bilan avec vous.

Lors du prochain article, je vous ferai part d’une pratique simple à mettre en place et pouvant regrouper respiration, relaxation et activités physiques.

5 commentaires sur “Respiration, Relaxation et Exercices Physiques

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s